Statut départemental et approche collective du troupeau

Marien BATAILLE / Dr Didier GUERIN

Statut départemental et approche collective du troupeau

Conseil d’Administration de GDS Creuse => Ce 30 mars 2012, GDS Creuse a réuni son Conseil d’Administration afin de réaliser un point d’étape sur la campagne en cours.

Après les éléments d’actualité (virus Schmallenberg et retours de l’Assemblée Générale de GDS France), les administrateurs de GDS Creuse ont concentré leurs débats autour de deux missions fondamentales de GDS Creuse : les « garanties et image des élevages » avec, notamment, l’obtention de statut de zone favorable en IBR à accélérer et la « lutte contre les maladies contagieuses » avec, en particulier, une approche collective de son troupeau à amplifier.

Maladie de Schmallenberg en Creuse, une atteinte limitée, une surveillance à poursuivre

Au niveau national et européen, les premiers éléments de suivi de la maladie de Schmallenberg indiquent une large diffusion, une inflexion du nombre de cas et une moindre atteinte des bovins avec une nécessité de confirmation de tous ces éléments (cf. article du 06 avril). En Creuse, des suspicions ont été confirmées dans sept troupeaux ovins et un bovin. GDS Creuse a réalisé une enquête descriptive dans chaque élevage. Les taux d’atteinte relevés sont comparables aux résultats nationaux. Il a été ainsi observé un taux d’atteinte moyen des agneaux de 18% (19% au niveau national) avec un minimum de 1% et un maximum de 40%. Pour l’élevage bovin, seul un veau a été concerné. Suite à certaines remontées d’information faisant état de cas non-déclarés, Philippe Monteil, Président de GDS Creuse, a rappelé l’importance de la déclaration auprès de son vétérinaire sanitaire pour une éventuelle prise en charge forfaitaire des pertes dans le cadre de la CSSA et a demandé à chacun des intervenants en élevage (vétérinaires, techniciens…) de diffuser cette information.

Retours AG de GDS France, face à l’alerte tuberculose, une vigilance à renforcer

Résurgence, émergence et organisation sanitaire ont dominé les échanges de l’AG de GDS France (cf. article du 30 mars). Parmi ces éléments, le CA de GDS Creuse a réalisé un focus sur la tuberculose bovine. Devant cette situation de résurgence, il a été rappelé l’importance d’être vigilant et rigoureux par rapport aux mesures prescrites. Certes, les demandes peuvent être parfois lourdes. La tuberculination de tout un cheptel, parce qu’il a un lien épidémiologique avec un foyer, peut sembler excessif. Etant département exportateur, notamment vers des zones concernées comme la Dordogne, la Creuse est régulièrement confrontée à cette situation. Mais face à une maladie chronique avec des techniques de dépistage peu sensibles, c’est la rigueur dans le suivi qui permet de limiter fortement les résurgences. En conséquence, le CA de GDS Creuse :

  • Demande que chacun se sente concerné et respecte strictement la réglementation pour que notre statut collectif puisse perdurer avec un retour positif pour chacun.
  • Rappelle que, face à cette alerte, un suivi de la faune sauvage creusoise (cerfs, chevreuils, blaireaux) en matière de tuberculose a été réalisé et se poursuit.

Une obtention d’un statut de zone favorable en IBR à accélérer

Pour cette campagne, au 30 mars, la prophylaxie montre un taux de réalisation de 75% identique à l’année passée. Le nombre de cheptels positifs poursuit sa régression (-26 cheptels pour 143 connus positifs soit 4,5% des cheptels). Afin d’obtenir les critères de zone à statut épidémiologique favorable (<1% de cheptels positifs) permettant le passage au seul contrôle de 20% des bovins de plus de 24 mois pour les cheptels sous appellation, le CA du 15 juillet2011 avait demandé de renforcer la sensibilisation individuelle. Ainsi, les 97 élevages détenant 10 bovins positifs ou moins ont été contactés. A ce jour, 7 ont éliminé leurs bovins positifs. Face à cette situation, le CA va étudier une adaptation de ce plan pour accélérer cet assainissement pour la prochaine campagne. D’autre part, la modification des kits d’analyse IBR (passage à des kits plus sensibles) a entrainé, comme prévu, des implications sur la spécificité. L’effet est globalement faible en matière de cheptels en certification avec 1 bovin ou moins de 1% de bovins nouvellement positifs, cela concerne 1% des cheptels (30 contre 44 la campagne passée à la même époque). Une procédure exceptionnelle a été mise en place, elle permet une gestion facilitée de ces cas. Par contre, le nombre de cheptels avec des résultats divergents (résultat positif non-confirmé par un 2ème kit d’analyse sur le même prélèvement) a été multiplié par 4 passant de 35 à 135.

Une approche collective de son troupeau à amplifier avec une meilleure connaissance et utilisation des outils disponibles

Etant donnée l’évolution de l’élevage et de son environnement, l’action sanitaire collective devient de plus en plus indispensable. Pour répondre à ce besoin, GDS Creuse avait réuni un groupe de travail à l’automne pour proposer un plan d’action pour la campagne 2011/2012. Le CA de GDS Creuse du 13 décembre 2011 avait validé ce plan d’action basé sur le bilan sanitaire prérempli. Cet outil, fourni à chaque éleveur par GDS Creuse, constitue une réelle opportunité d’analyse et d’adaptation de la gestion sanitaire de son élevage avec une approche de la productivité numérique et la détermination de la priorité sanitaire de son troupeau. Des outils ont été développés par GDS Creuse, en relation avec les vétérinaires, pour gérer cette priorité sanitaire. Une plaquette de présentation de l’offre de services des vétérinaires exerçant en Creuse à destination des éleveurs est maintenant disponible. Une fiche de synthèse de présentation des outils GDS Creuse est insérée. L’hiver 2011/2012 a montré une progression dans l’utilisation de cette méthodologie et des outils, mais aussi, une marge de progression encore considérable. Cela constitue, là aussi, un plan d’action à adapter pour une meilleure utilisation pour la prochaine saison.

Statut départemental et approche collective du troupeau

Une situation en « protection animale » moins catastrophique que prévue mais des situations inadmissibles qui perdurent

Actuellement, 37 élevages sont en cours de suivi par la commission « protection animale » de GDS Creuse ; 26 sont en 1ère phase, phase d’alerte et de sensibilisation après un signalement ; 11 sont en 2ème phase, cela concerne des éleveurs qui perdurent dans une situation anormale et pour lesquels une verbalisation de toute infraction est effectuée. La période hivernale 2011/2012 a montré une situation globalement peu défavorable mais avec des situations fortement anormales qui perdurent du fait, notamment, de verbalisations qui ne sont pas traitées par l’institution judiciaire ou de sanctions financières insuffisantes. Face à cette problématique, le CA de GDS Creuse, à l’unanimité, a décidé d’alerter les autorités sur cette situation afin que quelques éleveurs ne ternissent pas l’éthique des éleveurs soucieux du bien-être de leurs animaux et l’image du bon état sanitaire du troupeau creusois.

Une demande d’implication des délégués cantonaux pour une actualisation des plans d’action

Statut départemental (IBR, mais aussi paratuberculose, BVD…) et approche collective du troupeau représentent des points majeurs d’action. Comme indiqué ci-dessus, les membres du CA souhaitent une actualisation et une meilleure connaissance par les éleveurs des schémas actuels pour une plus grande efficacité. Une réflexion collective avec une implication augmentée des acteurs de terrain ne peut qu’engendrer une méthodologie plus efficiente. C’est pourquoi, il va être proposé aux délégués cantonaux de participer dans des groupes de travail afin d’optimiser ces axes d’action. Chaque éleveur souhaitant s’investir peut également nous contacter. Pour tout renseignement complémentaire, n’hésitez pas à nous contacter.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires