Transhumance : quartiers d’été pour les brebis

P.Olivieri

Transhumance : quartiers d’été pour les brebis
Le “finish” digne d’un trail pour le troupeau et ses suiveurs après une étape sur les sommets cantaliens - P.O

Accompagnées par des centaines de marcheurs, les brebis et chèvres parties du Lot ont achevé dimanche leur périple de 180 km en franchissant la ligne d’arrivée du Lioran.

Dix heures du matin, ce dimanche 15 juin. Les saints de glace sont déjà loin pourtant sur les sommets surplombant la station du Lioran, le thermomètre a pris de grandes libertés avec les normales de saison, aidé par un vent glacial. Alors, en attendant le départ du troupeau du buron Rombières, on s’emmitoufle dans des capes improvisées, on remonte les cols, les plus précautionneux ont eux prévu bonnets et gants. Les autres risquent l’onglée mais voilà que les 600 brebis et chèvres et leurs suiveurs partent à l’assaut du col avant une première étape devant le stand improvisé sur le chemin de l’association Les enfants du jardin - parrainée par la Fondation Groupama pour la santé et la judoka Gévrise Emane - qui profite du passage des randonneurs pour recueillir des dons en faveur des enfants atteints de maladies héréditaires du métabolisme.

 

De bien valeureuses brebis

Le passage du col de Rombières à 1 549 m d’altitude ne pose aucune difficulté aux brebis et caprins qui goûtent déjà l’attrait des pentes riches du massif cantalien. Dans la descente sur les pistes de ski pour rejoindre la plaine des Sagnes, les deux border collie jouent à plein leur rôle de rabatteurs, quitte parfois à laisser traîner une canine sur les jarrets d’une récalcitrante. Le patou à l’allure débonnaire - qui fort heureusement n’a pas croisé les traces d’un prédateur - se fait lui tirer l’oreille, plus enclin à se faire caresser des touristes qu’à faire rentrer dans le rang les brebis errantes. Encadrant le troupeau, le berger et les éleveurs doivent parfois freiner les ardeurs des marcheurs pour permettre aux animaux de se reposer et s’alimenter. Il est un peu plus de midi et la joyeuse troupe, accompagnée des ânes et les mules bâtés de l’association Équiliberté, aborde une dernière petite montée avant d’entendre le son des cabrettes du Carladès et de plonger sur la prairie des Sagnes sous les applaudissements. Le troupeau est alors parqué et rejoint par des congénères fatiguées qui ont fait le trajet en bétaillère. D’ici quelques jours, ce sont 800 brebis au total qui auront pris leurs quartiers d’été au Lioran. En attendant, pour les organisateurs, pour le berger Fred Lestang et son fidèle Tag, c’est le soulagement de voir s’achever cette troisième édition de la transhumance entre vallée du Lot et massif cantalien sans accroc et surtout avec un engouement indémenti du grand public et des randonneurs. Après ces 180 kilomètres avalés en 16 étapes toujours  très  animées,  il  est temps pour les animaux et leur berger de retrouver la quiétude des prairies d’altitude dont chacun profitera jusqu’en septembre.

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

 

 

 

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires