Vente directe : Un savon au lait de chèvre pour élargir la gamme de produits

Damien Hardy

Des chevriers font appel à des savonneries pour compléter et personnaliser leur gamme de produits. Un bon moyen pour se faire mousser auprès de sa clientèle.

De l'huile, de la soude et un peu de lait. Ces ingrédients suffisent à faire du savon au lait de chèvre. Pourtant, peu d'éleveurs caprins semblent s'être mis dans la blouse du chimiste pour fabriquer leur propre savon. Car si la réaction chimique de la saponification est relativement simple, fabriquer du savon demande un minimum de temps, de savoir-faire et un respect soigneux des quantités, des températures et des règles de sécurité. D'ailleurs, la plupart des ateliers de savonneries français n'utilisent pas cette technique. Ils préfèrent retravailler leurs savons sous forme de « bondillons », des savons en copeaux produits à base d'huile de palme ou de coprah. Ils incorporent ensuite des ingrédients supplémentaires (huiles essentielles, parfum, lait, miel, chocolat, graines, herbes aromatiques…) qui donneront la spécificité au savon.
Guy-Marie Hacquard, savonnier à Gonfaron dans le Var, s'est spécialisé dans la fabrication de savon à façon. Il a démarché les éleveurs de chèvres et une trentaine d'entre eux en région Provence-Alpes-Côte-d'Azur font appel à ses services pour fabriquer du savon avec le lait de leurs chèvres. Pour cela, il va chercher le lait congelé et ramène les savons deux jours après. « Pour les clients plus éloignés, il est possible d'envoyer le lait congelé par la poste » précise Guy-Marie Hacquard qui fournit alors une sorte de grosse bouteille thermos en aluminium pour l'expédition.

Le lait de chèvre apporte un supplément de matière grasse qui rend le savon doux au toucher. (D. Hardy)

Le lait de chèvre apporte un supplément de matière grasse qui rend le savon doux au toucher. (D. Hardy)

Garder l'aspect brut

Un litre de lait permet de fabriquer environ 480 savons de 100 grammes avec 2 % de lait. « Plus il y a de lait, plus le savon est gras, explique l'artisan, mais au-delà de 8 % de lait, le savon ne se tient plus et a tendance à s'effriter ». Il est possible de rajouter des huiles essentielles ou des parfums synthétiques mais le savon perd alors une partie de sa spécificité. Sur demande, l'artisan peut aussi l'estampiller, voire le mouler dans une forme arrondie, mais cette manipulation supplémentaire renchérit le savon. « Fabriquer le savon avec le lait de son troupeau est un aspect commercial très fort » explique Guy-Marie Hacquard qui recommande de mettre en avant le côté brut, rustique, authentique du produit.

Bulles de rove

Pour l'éleveur, le savon revient à 0,64 euro pièce (sans compter le prix du lait nécessaire à sa fabrication). Guy-Marie Hacquard recommande de ne pas le vendre à plus de 1,6 euro. Ses plus gros clients éleveurs commandent un réassort tous les deux mois. Parmi eux, Aline Jacquey, qui élèvent 70 chèvres roves dans les sous-bois de chêne de Rians dans le Var, en fait fabriquer une cinquantaine de kilos par mois. Personnalisés par une bague en papier kraft, les savons sont vendus en direct, par internet ou via des jardineries de la région.
Pour vendre ses savons avec 4 % de lait de chèvre, Aline Jacquey met en avant la douceur et les vertus hydratantes et nourrissantes du produit. Des propriétés plus subjectives qu'objectives et qui s'appuient sur la bonne image des chèvres et de leur lait. En attendant, cette diversification offre un complément de gamme originale pour les fromagers fermiers en vente directe.

Source Réussir La Chèvre Septembre-Octobre 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires