18 juin - Bâtiment et énergie en élevage porcin

CA 53 Chambre agriculture

18 juin - Bâtiment et énergie en élevage porcin

Isabelle et Michaël VERDIER sont éleveurs naisseur engraisseur à Congrier en Mayenne (122 truies), en conduite 4 bandes avec sevrage 21 jours. Depuis 2012, Isabelle a pris en charge la gestion de l’élevage, Michaël ayant repris une formation à plein temps. L’embauche de Laetitia, salariée à temps partiel, et la réflexion globale menée au préalable autour de la conception et la conduite d’un élevage porcin piloté par 1 UTH permettent aujourd’hui au couple de vivre sereinement ce changement de cap. Ils ouvrent les portes de leur exploitation le 18 juin dans le cadre de l'opération innov'action.

Etre autonome avec une bonne qualité de travail

Tout a commencé en 2011 avec en ligne de mire l’échéance de mise aux normes du logement des truies gestantes. Comment poursuivre l’activité sans augmenter la taille d’élevage ? Le résultat actuel est l’aboutissement d’une réflexion stratégique menée par le couple avec l’appui de la Chambre d’agriculture.

Le suivi de l’élevage et des animaux est assuré par Isabelle, avec l’appui de Laetitia en période de charge de travail plus élevée (soins aux porcelets, sevrages, départs de porcs et lavages). Les travaux des champs sont entièrement délégués à des entreprises ou à la CUMA.

Isoler les bâtiments : économies d’énergie et de travail

Créer des conditions d’élevage favorables pour les animaux permet d’améliorer les conditions de travail de l’éleveur : moins de manipulations ou de traitements c’est autant de tâches plus ou moins pénibles en moins. Ainsi, la chaîne bâtiment est la plus simple possible pour limiter les transferts d’animaux et le nombre de lavages ensuite.  Dès leur sevrage, les porcelets sont accueillis en post-sevrage sans passer par une nurserie. La réussite de cette conduite découle de la bonne maîtrise de la température en maternité comme en post-sevrage. Ainsi, l’isolation renforcée en maternité associée au chauffage par plaques à eau chaude permet une croissance optimale des porcelets sous la mère. Le bâtiment de post-sevrage est également bien isolé et chauffé avec des ailettes.

Limiter la pénibilité pour se concentrer sur les tâches importantes

La conception de la maternité permet de descendre dans la préfosse à l’avant des truies, ce qui place les cases à hauteur d’homme et diminue la pénibilité des interventions (soins aux porcelets, lavages). Tous les couloirs, dans et entre les bâtiments, sont plus larges que de coutume pour permettre une meilleure circulation. Les couloirs extérieurs sont bétonnés pour faciliter la marche des animaux et donc limiter le temps passé à transférer les truies et porcelets.

Les truies gestantes sont conduites en groupe dynamique et alimentées au DAC. Ce choix, survenu en cours de réflexion, se révèle le plus compatible avec l’orientation retenue. En effet, l’astreinte liée à la surveillance des repas en gestante est supprimée. Le suivi des truies est facilité par la gestion informatique et peut se faire à tout moment de la journée. Ceci permet à Isabelle d’être présente en maternité au moment du repas des truies allaitantes.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires