Accord de toute la filière : VPF devient le signe officiel de l'origine France

Claudine Gérard

Le logo VPF devient l'unique mention officielle de l'origine française pour la viande de porc et les produits de charcuterie.

Le 22 mars, au cours de l'assemblée générale de VPF, le logo VPF est devenu le signe de reconnaissance de l'origine France pour la viande et la charcuterie. Il s'applique au critère « porcs nés, élevés, abattus, découpés, désossés en France ».
Concernant les produits transformés, il peut côtoyer les mentions « viande porcine française » ou « fabriqué en France à partir de viande porcine française », mentions sur lesquelles la profession s'était entendue en décembre dernier, mais qui tarde à se mettre en place. Sur ce dossier, l'interprofession doit d'ailleurs rendre un rapport d'étape afin fin juin.
La mention d'origine VPF semble aujourd'hui satisfaire l'ensemble de la filière porcine. L'association VPF, bien sûr en premier lieu. Jacques Lemaître, son président, se réjouit de « cette nouvelle étape qui, je l'espère, va permettre de tirer les cours vers le haut, et répondre à une attente forte des producteurs ». Il souligne qu'au cours de l'assemblée générale, l'un des points forts a été l'entrée dans le conseil d'administration de VPF des industriels de la salaison charcuterie au travers des deux organisations, la FICT et le CNCT (charcutiers traiteurs).

Satisfaction aussi chez les industriels de l'abattage. « Le consommateur, lors de son acte d'achat, pourra enfin faire son choix en toute transparence et connaissance de l'origine de la viande ou des produits de charcuterie qu'il achète. Ce n'était pas le cas jusqu'alors », commente Emmanuel Commault, directeur de Cooperl Arc Atlantique et vice-président du Sniv-SNCP (Syndicat des entreprises françaises des viandes). À l'issue de l'AG VPF, le Sniv-SNCP a immédiatement communiqué à ses membres pour les inciter à « tout mettre en oeuvre pour en promouvoir l'utilisation la plus large sur les viandes comme sur les produits de charcuterie. Nous vous encourageons par tous les moyens à votre disposition (indication sur les factures, logo VPF…) d'indiquer à l'ensemble de vos clients que vos viandes peuvent être identifiées avec le logo VPF jusqu'au consommateur ». Jacques Lemaître précise d'ailleurs que les abatteurs, dont 99,9 % des porcs abattus sont d'origine France, pourront sans problème indiquer en pied de facture la mention VPF.
Reste à convaincre la distribution. Les différents acteurs de la filière semblent confiants sur une acceptation de leur part de cette mention d'origine. Le conseil d'Inaporc a décidé de communiquer auprès des consommateurs sur le contenu du logo au travers d'affiches à apposer par les enseignes dans les magasins.

VPF : porcs nés, élevés, abattus, découpés et désossés en France. (C. Gérard)

VPF : porcs nés, élevés, abattus, découpés et désossés en France. (C. Gérard)

 

Pas de remise en cause des deux centimes

Cette généralisation du logo VPF sur la quasi-totalité des porcs produits en France (à l'exception des porcs non identifiés) ne remet pas en cause les éléments du cahier des charges qui l'accompagnent : quai d'embarquement, traitement de la douleur à la castration, aiguilles détectables… Ni les deux centimes qui vont de pair « Ces garanties sont un gage de qualité qu'il faut conserver, bien évidemment », affirme Emmanuel Commault. « Mais il conviendra de les faire valoir auprès des consommateurs au travers d'un autre signe de qualité qu'il faudra lui expliquer. VPF doit au contraire être perçu comme une marque au sens marketing du terme. » Paul Rouche, président du Syndicat des industriels de la viande, se félicite aussi que les efforts de traçabilité mis en place de l'élevage à l'abattage, avec des contrôles régionaux par organismes tiers, aient pu être conservés, et que les deux centimes de plus-value puissent toujours être distribués aux éleveurs.

Source Réussir Porcs Avril 2011

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires