Aveltis étoffe son appui auprès des candidats à l'installation

Claudine Gérard

Aveltis étoffe son appui auprès des candidats à l'installation
De gauche à droite, Thierry Galou, directeur d'Aveltis, et Philippe Bizien, président. - © C. Gérard

Le Pack Installation mis en place par Aveltis pour accompagner les candidats à l'installation s'enrichit de deux nouveaux services : un bilan d'aptitude réalisé par un cabinet spécialisé, et l'accompagnement par un membre d'une association d'anciens cadres et dirigeants.

Aveltis en chiffres

770 adhérents dans le Grand Ouest

550 salariés d'élevage dans 220 exploitations porcines

3 millions de porcs charcutiers vendus en 2014

470 millions de chiffre d'affaires

21 millions de fonds propres

100 000 euros de résultat.

« Le Conseil d'administration d'Aveltis fait du dossier de l'installation des jeunes une priorité », rappelle Philippe Bizien, président d'Aveltis. C'est dans ce but que le groupement a mis en place le Pack installation qui « est une boîte à outils proposée aux jeunes repreneurs » et qui propose de nombreuses expertises allant de l'évaluation patrimoniale de l'élevage aux études techniques et économiques et à l'étude du financement. À présent, ces repreneurs potentiels pourront, s'ils le souhaitent, réaliser un bilan d'aptitude de deux jours auprès du cabinet Kervadec, cabinet de recrutement connu et fortement impliqué dans le secteur agricole et agro alimentaire. « L'objectif est, pour le candidat, de faire un point avec des spécialistes, de ses forces et de ses faiblesses en tant que futur chef d'entreprise. Car les connaissances techniques ne suffisent plus », affirme le président. Le futur éleveur doit en effet aujourd'hui aussi posséder des compétences en gestion d'entreprise et des ressources humaines.

Autre service récemment mis en place, une convention avec Egée, une association d'anciens cadres et dirigeants d'entreprises qui apporteront aux jeunes installés qui le souhaitent un appui trimestriel. « Pour la plupart, ces retraités ne connaissent pas le milieu agricole et encore moins la production porcine. Mais leur oeil extérieur et leur expérience en gestion d'entreprises pourront être un précieux apport pour le jeune. »

Le président répète que tous ces services sont mis à disposition des candidats à l'installation, sans aucun engagement de leur part auprès du groupement. « Notre mission est d'apporter l'expertise indispensable à la réussite du projet, qu'elle vienne de nos compétences internes ou de l'extérieur pour ces deux partenariats novateurs que nous venons d'ajouter à notre offre. »

La préparation, clé de la réussite de l'installation

Car le groupement a fait ses comptes : dans les cinq prochaines années, 110 élevages du groupement seront potentiellement à céder, dont 65 sans repreneur déclaré à ce jour. « Il faut donc anticiper, former, et nous savons que la clé de la réussite est dans la bonne préparation de l'installation. » Pas question de se précipiter donc, et prévoir 1 à 2 ans. « Notre mission est d'apporter l'expertise nécessaire, mais sans jamais nous substituer au futur éleveur. Il faut qu'il aille rencontrer ses fournisseurs, les banquiers, les associations, les voisins… C'est à lui de le faire. »

Le président souligne toutefois que le groupement est aussi là pour donner confiance aux banquiers. Aveltis propose en effet des prêts à l'installation. « Depuis cinq ans, ce sont 2,7 millions d'euros qui ont ainsi été financés par le groupement pour 55 installations. Au final cela représente une part modeste de l'investissement. Mais de façon symbolique, cette démarche rassure le banquier et montre notre confiance en l'avenir de la production. »

Source Réussir Porc

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 2

lopin51

installer des jeunes quand les éleveurs en places depuis plusieurs années n'arrivent pas a vivre de leur métier est ce raisonnable?????

AIGLE201

Une entreprise ça se reprend à la valeur économique et pas patrimoniale, sinon c'est la casse assurée.(le cédant ayant passée toute sa vie à se plaindre du peu de revenu qu'il a eu, il est inconcevable que tout à coup son entreprise vaille des mils et des cents.).

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires