Beaucoup d’espoir dans la génétique pour sélectionner des mâles entiers moins odorants

Claudine Gérard - Réussir Porcs Février 2012

Rémi Maguer, directeur Topigs France.
« La population de lignées Topigs sélectionnées sur un faible risque d’odeurs grandit progressivement. » © C. Gérard

Le congrès Boars Heading 2018 qui s’est tenu à Amsterdam en décembre dernier prouve que la filière néerlandaise a largement anticipé l’objectif 2018 pour renoncer à la castration des porcs. L’Allemagne lui emboîte le pas.

Différents intervenants à ce congrès ont expliqué comment la génétique peut contribuer à sélectionner des animaux ne présentant pas ces défauts de mâles entiers. Pramod Matur, de l’institut IPG (Topigs) a fait état de l’avancement des recherches de sa société dans ce domaine. Des mesures réalisées sur plus de 7000 mâles ont permis de mettre en relation les résultats phénotypiques (présence d’odeurs détectée par des nez humains et des analyses de laboratoire) et le génome des porcs. Il en résulte pour chaque animal une valeur spécifique (Genomic Breeding Value) qui doit permettre de produire des animaux LBT (low boar taint), ou « niveau faible d’odeurs ». Rémi Maguer, directeur de Topigs France, précise que c’est la combinaison de ces mesures sur la chaîne (Human Nose), où, selon lui 3 à 5 % des animaux dégagent trop d’odeurs, les mesures en laboratoire, et les études du génome, qui permettent d’avancer dans la sélection de mâles low boar taint. Il témoigne que Topigs a entamé des travaux en 2005, mais qu’ils se sont accélérés depuis 2008 et ont conduit le 24 janvier dernier au lancement officiel de verrats « labellisés » Nador au sein de l’offre génétique Topigs, verrats présentant selon Topigs 40 % de moins d’odeurs sur la chaîne d’abattage.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires