Bretagne : Les producteurs de porcs demandent le soutien de l'État

Les producteurs de porcs de Bretagne, premier bassin national avec 56% de la production, réclament le soutien de l'État , face à la dégradation du marché depuis plus de deux ans.

« Les éleveurs de porcs demandent à être soutenus au même titre que d'autres filières, comme l'automobile ou le secteur bancaire », explique François Valy, responsable porc au sein de la fédération régionale des syndicats d'exploitants agricoles (FRSEA).

Les producteurs demandent notamment un allègement des charges des exploitations, avec en particulier « la suppression des distorsions de concurrence entre pays européens » et « la suppression des projets de taxes franco-françaises supplémentaires -taxe Borloo et taxe carbone- ».

Ils réclament la mise en place, au plan européen, de mesures de stockage privé et de restitutions à l'export, ainsi que la valorisation de la viande de porc française.

15 à 20% des exploitations endettées à plus de 100%

La filière porc en Bretagne comprend 6.500 exploitations et, selon la FRSEA, 31.000 emplois directs « non délocalisables », en particulier dans l'agro-alimentaire. « Toute la filière est en péril », affirme Didier Lucas, de la Fdsea 22, estimant que 15 à 20 % des exploitations porcines sont endettées au-dessus de 100% dont un certain nombre irrécupérables, qui devront mettre la clé sous la porte.

« En un an (août 2008-2009), c'est le prix français du porc qui a subi la baisse la plus conséquente en Europe avec une chute du prix payé au producteur de plus de 15% », ont souligné les agriculteurs.

Sur les 8 premiers mois de l'année, le prix moyen payé au producteur a été de 1,192 euro/kg. Jeudi, lors de la cotation bihebdomadaire au Marché du porc breton (MPB) à Plérin, qui sert de référence nationale, le prix du porc a encore légèrement baissé, à 1,106 euro/kg.

Enfin, selon les producteurs, « plusieurs études démontrent qu'il n'existe aucune corrélation entre le prix payé aux éleveurs de porcs qui ne cesse de diminuer depuis deux ans et les prix affichés dans les linéaires de la grande distribution ».

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires