Commercialisation : La FNP veut plus de porcs présentés au cadran

Dominique Poilvet

Les syndicats agricoles FNP, FRSEA et FDSEA des départements bretons invitent les éleveurs à vendre plus de porcs par le biais du Marché du porc breton à Plérin. « L'objectif est d'atteindre au moins 100 000 porcs par semaine, contre 60 000 actuellement, ce qui représenterait 25 % de la production du Grand Ouest », souligne Jean Michel Serres, président de la Fédération nationale porcine. Pour lui, augmenter les apports au MPB permettrait de réduire les écarts de prix payé aux éleveurs constatés entre la France et l'Allemagne notamment. « Apporter directement 85 à 90 % de notre production aux abattoirs comme c'est le cas actuellement nous fait perdre de 3 à 5 c/kg », soutient François Valy, président de la section porc FRSEA Bretagne. « Depuis la multiplication des cahiers des charges qui sont venus se greffer sur le prix de base au début des années 2000, les prix sont régulièrement à la baisse », constate Emile Riou, président de la section porc FDSEA 29. « Avec les CCP, les cochons sont pré-affectés aux abattoirs. Elles anesthésient le marché, et affaiblissent considérablement le jeu de l'offre et de la demande. » Pour les responsables syndicaux, les éleveurs doivent désormais reprendre l'initiative. « Chacun d'entre nous a tout à fait le droit de demander à son groupement de vendre ses lots de porcs au MPB. Un marché où les abattoirs devront venir pour « acheter » les porcs, pas pour les « chercher ».

Source Réussir Porcs Mars 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires