Conduite d'élevage : Guide 2010 des truies en groupe

Claudine Gérard

Le logement des truies en groupe est « le chantier » à venir. Les solutions techniques existent, les fournisseurs ont étoffé leur offre, et des éleveurs pionniers témoignent que, sous réserve d'adopter un comportement différent envers les truies, l'élevage devient plus confortable pour les animaux et les hommes.

Le 31 janvier 2012, toutes les truies européennes devront être logées en groupe. Aujourd'hui, on sait que, globalement, trois options majeures sont possibles : les DAC , les bat-flancs ou les réfectoires, chacun des systèmes pouvant être décliné sur paille ou sur caillebotis, en soupe ou à sec. Depuis quelque temps, les fournisseurs ont considérablement étoffé leur offre de produits et amélioré l'existant. Par ailleurs, les centres de recherche, en particulier les Chambres d'agriculture et l'Ifip ont achevé des essais pour répondre aux interrogations de ces dernières années concernant l'alimentation, le logement, la conduite d'élevage… Et les techniciens d'élevage et vétérinaires se sont « formés » principalement au contact des éleveurs qui ont déjà franchi le pas. À l'unanimité de ceux que nous avons rencontré et dont les reportages figurent tout au long de ce numéro spécial, ils ne regrettent pas leur décision et témoignent d'une autre façon de travailler, finalement plus agréable qu'avec des truies bloquées. Etre plus animalier, plus serein, plus observateur…, bref, plus éleveur, voilà la principale condition pour que le système fonctionne. Par ailleurs, contrairement à certaines craintes, les résultats techniques ne sont pas altérés par ce mode de conduite. Les performances des éleveurs rencontrés en témoignent, confirmées par les données très officielles des GTTT nationales comparant les résultats des élevages conduisant en groupe ou en truies bloquées. Enfin, la mise en groupe des truies est le moment privilégié pour reconsidérer d'une manière globale la conduite et la cohérence de son atelier, la conduite en bandes, l'organisation et les conditions de travail, voire l'alimentation, ou les programmes de prévention sanitaire.

Pourtant, le « chantier » se heurte à la difficulté majeure de son financement, après trois années de crise. Certes, les subventions existent, mais ne suffisent évidemment pas à financer un tel investissement. Par ailleurs, la restructuration éventuelle de l'élevage qui peut accompagner la mise aux normes des truies se heurte à un autre problème de taille que sont les autorisations.
Dans les autres pays européens qui doivent se plier aux mêmes exigences pour 2013, le dossier est aussi loin d'être réglé, même si, dans certains bassins du Nord de l'Europe, le pourcentage d'élevages aux normes est un peu supérieur au notre. Si tant est que les informations soient fiables et ne relèvent pas d'une certaine forme d'intox…

 

Pour en savoir plus

Voir supplément du numéro 173 (juillet-août 2010) de Réussir Porcs : Guide 2010 « Truies en groupe », 76 pages.

Source Supplément du Réussir Porcs Juillet-Août 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires