Contexte économique : La production porcine espagnole subit la crise

Dominique Poilvet

La crise économique affecte la production porcine espagnole, avec un tarissement des crédits bancaires et la baisse de la consommation.

Les organisateurs de la foire de Saragosse qui se déroulait du 24 au 27 mars devaient avoir le sourire. Avec 55 000 visiteurs officiellement annoncés, la fréquentation a augmenté de 10 % par rapport à 2007 (la manifestation a lieu tous les deux ans). Dans les allées, l'ambiance était nettement moins dynamique, notamment chez les fournisseurs de matériel. « Le chiffre d'affaire a baissé de 50 % », entendait on sur les stands. Difficile de se faire une idée de l'évolution du cheptel porcin. Selon les chiffres des recencements réalisés trois fois par an dans les pays de l'UE, le nombre de porcs aurait baissé pour la première fois depuis que l'Espagne est rentrée dans l'ère de la production porcine intensive. Le pays en comptait 25,42 millions en août 2008, contre 26,95 millions un an auparavant. Mais les nouvelles statistiques de décembre dernier ont infirmé cette évolution, avec à nouveau une progression à 26,29 millions de porcs, soit un niveau similaire à celui de décembre 2007.

La mise aux normes bien-être des truies gestantes n'est pas la première des préoccupations pour les éleveurs espagnols. (D. Poilvet) (D. Poilvet)

La mise aux normes bien-être des truies gestantes n'est pas la première des préoccupations pour les éleveurs espagnols. (D. Poilvet) (D. Poilvet)

 

Cheptel truies en baisse

En revanche, comme en France, la tendance à la baisse du cheptel truies semble se confirmer. En un an, les effectifs reproducteurs ont chuté de 4,5 %.
Sur le terrain, la crise économique, qui touche plus l'Espagne que la France, s'est conjuguée avec celle du coût des matières premières de l'an passé pour mettre à mal les producteurs de porcs. Selon Antonio del Barrio, directeur d'Anprogapor (l'Association nationale des producteurs de porcs), les éleveurs ont épuisé toutes leurs ressources économiques. Nombreux sont ceux dont la situation financière est critique. Pour lui, les producteurs de porcs espagnols sont plus vulnérables face à la crise que leurs homologues des pays de l'Europe du nord : l'obligation d'importer des céréales les rend dépendants des cours mondiaux, qui ne cessent de fluctuer. L'Espagne exportant 20 % de sa production, les cotations nationales sont fixées, selon lui, par le prix de vente des pièces exportées. Les tensions entre les éleveurs et les abatteurs ont notamment été exacerbées en automne dernier par la forte baisse des cours au marché de Lérida.

Depuis le mois de février, les cours espagnols repartent à la hausse. Une évolution saisonnière habituelle pour ce pays qui voit sa population fortement augmenter par l'arrivée des touristes en période estivale. Tous les producteurs espèrent que cette hausse se confirmera sur les prochains mois. Mais ils sont également conscients que leur production est fortement devenue dépendante des marchés export, et qu'ils n'ont plus toutes les cartes entre les mains.

Source Réussir Porcs Mai 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires