Etude du Comité régional porcin : Une prospective en Pays de la Loire entre scénario de maintien et scénario de dégringolade

Dominique Poilvet

Au cours de l'assemblée générale du Comité régional porcin des Pays de la Loire, une prospective réalisée par la chambre d'agriculture a été présentée aux éleveurs. En tendance, la production diminuerait de près de 9 % à l'horizon 2020, et le nombre d'exploitations passerait de 1879 à moins de 1200. Ces prévisions se basent sur les chiffres 2010 : « rentabilité insuffisante pour investir, manque de compétitivité de la filière faute d'une organisation forte, dégradation des échanges internationaux, effritement de la consommation individuelle », sont les principaux points soulevés par l'étude. Autour de cette prévision, les économistes ont établi deux scénarios. Le premier, de « rupture », prévoit une chute de la production de 14,6 %. Ce scénario serait provoqué par un désengagement des politiques agricoles nationales et européennes et une forte baisse de la consommation, impliquant des arrêts importants d'éleveurs.

Dynamique de sauvetage

Un second scénario, plus volontariste, aboutit à un maintien de la production, grâce à un nombre suffisant d'installations. Il serait induit par « une forte mobilisation des acteurs de la filière et la restructuration autour des leaders nationaux », permettant de regagner de la compétitivité. Dans ce contexte, les élevages pourraient investir, et améliorer leur rentabilité. Pour que ce dernier scénario puisse devenir la réalité, le comité de pilotage de cette étude a identifié quatre axes de travail :
- Améliorer le contexte économique et réglementaire au niveau européen et national, notamment en diminuant les distorsions de concurrence ;
- Accompagner le développement durable de la filière : meilleure valorisation des produits (VPF), renforcement du lien au sol, encouragement à la réalisation des élevages et à leur transmission ;
- Soutenir l'innovation, la recherche et la diffusion des références ;
- Former les acteurs de la filière de demain.
« Nous ne pouvons accepter la décroissance », affirme Jacques Lemaitre, président du CRP. « Nous devons nous unir une bonne fois pour toute et engager une réelle dynamique de sauvetage de notre filière ». Pour le CRP, ce projet global est une première étape. « Mais, auparavant, il est important de définir le type de filière porcine française souhaitée par l'ensemble de la société », souligne Thony Cesbron, membre du bureau du CRP.

 

Source Réussir Porcs Juillet 2011

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires