Filière porcine : La crise du porc persiste

SC

La FNP tire la sonnette d'alarme : la situation de la filière ne s'améliore pas et la sortie de crise ne pourra avoir lieu que si les prix au cadran remontent ou si les coûts de production diminuent.

« Il manque 25 cts, voire 40 cts d'euro du kilo pour amorcer une sortie de crise » explique Jean-Michel Serres, président de la FNP (Fédération nationale porcine). Faute d'une baisse des prix des aliments (alors que le prix des matières premières chute) les coûts de production restent en effet à 1,60 - 1,65 euro/kg. Côté producteur, le prix payé ces derniers jours était de l'ordre de 1,28 euros/kg.

«Nous sommes encore loin du compte, les aides promises ne sont toujours pas payées et elles seront de toutes façon insuffisantes», clame le président qui appelle toute la filière - fabricants d'aliments, salaisonniers, entreprises de découpe et grande distribution- à «jouer le jeu».

Autre source de mécontentement : le décalage durable des prix entre les cours français et ceux des autres pays européens. Depuis quelques semaines, les cours, allemands et belges notamment, ont sensiblement progressé, alors que le marché du porc breton (MPB) n'augmente que très faiblement. L'écart de prix est évalué en moyenne à 10 cts du kilo net. « Les éleveurs français veulent être au meilleur prix européen, pas en dessous ! » rétorque Jean-Michel Serres qui annonce la multiplication des actions d'éleveurs en colère.

Ce mercredi, les éleveurs porcins de l'Auvergne et du Limousin ont bloqué le site des salaisons Madrange à Limoges.


Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires