Filière porcine québécoise : L'assurance revenu revue à la baisse

Claudine Gérard

Le montant atteint par l'assurance revenu (Asra) destinée aux producteurs de porcs du Québec en 2009 et financée pour les 2/3 par le gouvernement provincial et fédéral a été de 600 millions de dollars par an, dont 400 payés par le contribuable… Pour 7,5 millions de porcs et autant d'habitants, la facture a été jugée trop lourde pour continuer dans un tel système. Le gouvernement provincial a donc modifié les règles du jeu pour alléger la facture. Dès cette année, la répartition des charges va être modifiée pour tous les élevages dépassant trois fois la taille jugée familiale de 228 truies naisseur-engraisseur (soit pour tous les élevages de plus de 684 truies). Au lieu de contribuer à hauteur de 33 % au coût de l'assurance (le solde des 2/3 versés par les gouvernements), leur part va s'élever à 50 % du montant. « Ce qui représente un surcoût minimum de 9 dollars canadiens par porc produit (6,40 €), calcule un technicien de coopérative.

Les règles du jeu vont changer

De plus, dès 2011, d'autres règles du jeu vont changer. Pour calculer le résultat technique de référence qui sert à établir le coût moyen de production, l'Asra va retirer des comptes les 25 % des élevages les moins performants afin de tirer a technicité vers le haut. Conséquence mathématique, les sommes versées par porc produit seront encore fatalement diminuées. Jean-Guy Vincent, président des producteurs de porcs du Québec, s'est exprimé dans les colonnes de l'hebdomadaire agricole Terre de chez nous mi-février : « Le seuil pour maintenir une filière efficace, protéger notre convention, c'est 7,66 millions de porcs. À 7 millions, il y aurait une augmentation du niveau de la prime. Comment les producteurs pourraient-ils payer davantage ? »

Source Réussir Porcs Avril 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires