Jean-Paul Bigard ne veut plus d'une cotation unique

Dominique Poilvet

Jean-Paul Bigard ne veut plus d'une cotation unique
Jean-Paul Bigard. "L'aval présente une grande diversité de modèles. Dans ces conditions, comment peut-on imaginer que perdure le prix unique?" - © D. Poilvet

À l'assemblée générale du Sniv-SNCP, la structure qui représente la majorité des abatteurs français, son président, Jean-Paul Bigard, a justifié le retrait de son entreprise du MPB, qu'il qualifie de « suranné ».

Jean-Paul Bigard ne veut plus d'une cotation unique
cultureviande.fr

Culture viande, le nouveau nom du syndicat des entreprises françaises des viandes

Le syndicat regroupant les entreprises privées et coopératives de l'abattage-découpe-transformation des viandes a présenté sa nouvelle identité à l'occasion de son assemblée générale. "Les entreprises françaises des viandes se présentent sous un jour nouveau. Être à l'écoute des éleveurs comme des marchés, c'est depuis longtemps notre posture. À partir d'aujourd'hui, grâce à Culture viande, ce sera encore pus clair", a déclaré Jean-Paul Bigard.

L'assemblée générale (AG) du Sniv-SNCP, le principal syndicat représentatif des abatteurs français (94 % des abattages porcins) qui s'est déroulée le 7 octobre dernier, a été l'occasion pour son président, Jean-Paul Bigard, également président du premier groupe abatteur-transformateur français du même nom, de justifier sa stratégie de ne plus se référer au cadran breton pour le règlement des porcs. Un marché dont il juge le fonctionnement « surrané, inadapté, empêchant d'afficher la réalité d'un cours résultant d'une véritable confrontation de l'offre et de la demande », et dont le règlement est devenu « un véritable carcan ». Pour lui, le prix du porc ne peut plus être indexé sur une seule référence, celle de la carcasse. "L'aval présente une grande diversité de modèles", souligne-t-il : "Certaines entreprises sont entièrement dépendantes de l'offre et de la demande, d'autres réalisent une intégration industrielle au service d'une enseigne. Face à cette problématique, comment peut-on imaginer que perdure le prix unique ?"

Revenant sur le "prix politique" de 1,40 EUR/kg au cadran qui a tenu tout l'été, il rappelle les trois raisons qui font que "cette aventure ne pouvait se terminer que par un effondrement des prix". Le niveau de production dans les 28 pays de l'Union est en hausse de 4 % depuis le début de l'année. Dans le même temps, la consommation de viande continue de baisser (- 3,5 % en France en 2015). Enfin, la perte du marché russe coûte cher aux entreprises des viandes. "Ce prix politique a mis les entreprises d'abattage-découpe en grande difficulté du fait de l'écart creusé avec les prix du marché européen." Dans ces conditions, il estime que "l'indexation du prix de vente sur les coûts de production ne peut pas devenir le modèle de formation des prix en vigueur", et que "transférer les pertes de l'élevage vers l'abattage n'a pas de sens".

Alléger les charges sociales pour contrer le dumping allemand

Les revendications des abatteurs pour sortir de cette spirale négative sont connues : allégement des charges sociales pour contrer le dumping social allemand, origine de la viande mentionnée sur les produits transformés, campagne de communication sur le logo "Porc français", contraintes environnementales, techniques, sanitaires et administratives remises à des niveaux identiques dans tous les pays européens, et reprise des négociations avec la Russie pour lever l'embargo sanitaire.

Pour Jean-Paul Bigard, la filière porcine est "très malade". "Mais attention, nos déboires et difficultés du moment sont le résultat de nos propres insuffisances. N'attendons plus rien de l'Europe, de la Pac, de l'État providence. Soyons plus professionnels et solidaires en nous unissant chaque fois que c'est nécessaire". Une conclusion bien surprenante au vu de la stratégie de l'entreprise Bigard de ces dernières semaines.

Source Réussir Porc

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 4

R 12

Soyons plus professionnels et solidaire pour remonter la fortune de ce pauvre jean-paul qui a perdu 50M€ les deux dernières années.
Remobilisez-vous pour que Jean-paul revienne dans le top 100 des plus belles fortunes de FRANCE!!!
Merci pour tout jean-paul, surtout ne change pas il te reste encore du temps pour te refaire et quelques éleveurs à éliminer

lucide 45

Donnes moi ta montre ,je te donnerai l'heure.Et dire qu on en rigolait.....

dll

honteux d entendre des propos comme ceux la

au lieux d 'aller voir nos grandes surface l'été dernier c 'est chez lui que nous aurions du aller

que quelqu'un qui fait la course avec sa grosse porche tous les week end sur la n 24 pour aller user des freins et de la gomme sur le circuit de loheac sous le regard bien veillant d'un technicien porche, alors que nous éleveur on aura pour certain mème pas les moyens de payer des jouets a nos gamin pour noel, qu'il est au moin un minimum de respect en fermant sa gu....
cet homme est a l'image de la filière: chacun pour sa gu.... et si on gagne pas de sous c'est pas grave on a qu'à demander aux éleveur d'êtres meilleur!!!!

un éleveur qui a honte de sa filière

xavier b

Jean Paul a raison, plus besoin d'une cotation unique, il suffit d'un abatteur unique. Quel génie. Gloire à l'entrepreneuriat Breton qui sait s'affranchir des dogmes libéraux pour taper dans les caisses de l'Etat et faire la leçon aux éleveurs. Chapeau bas.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires