L’Espagne pénalisée par le prix des matières premières

Dominique Poilvet - Réussir Porcs Mars 2012

L’Espagne pénalisée par le prix des matières premières
Sergi Barrabès, responsable export Magapor : « Le prix de l’aliment espagnol est parmi les plus chers d’Europe. Les éleveurs compensent ce différentiel par des frais fixes moins élevés. » © D. Poilvet

L’Espagne importe la plupart des matières premières nécessaires pour fabriquer l’aliment du bétail. La principale céréale utilisée est le maïs américain, dont le prix a fortement augmenté à cause de son utilisation pour la fabrication d’éthanol.

Esp

850 structures d’abattage

Les fabricants d’aliment ne disposent pas non plus de coproduits de biocarburants ou de trituration qui leur permettraient de diminuer les coûts. « Le prix de l’aliment espagnol est parmi les plus chers d’Europe », constate Sergi Barrabès, responsable export de Magapor, un centre d’insémination espagnol. Le coût alimentaire des élevages est donc fortement pénalisé par rapport à leurs concurrents européens. En 2010, il représentait 66 % du coût de production, contre 56 % en France, selon les données Interpig. « Les éleveurs espagnols compensent en partie ce différentiel par des frais fixes moins élevés », tempère Sergi Barrabès. Le coût de la main-d’œuvre, essentiellement immigrée, et le niveau des amortissements sont très bas. Cependant, la production porcine espagnole est aussi pénalisée par l’éclatement de sa filière, avec pas moins de 850 structures d’abattage dans tout le pays. L’exportation de viande fraîche, nécessaire puisque le pays est à 148 % d’autosuffisance, ne dégage pas beaucoup de valeur ajoutée. La mise aux normes bien-être des élevages est très en retard. Les quelques chiffres disponibles (47 %, selon une enquête réalisée auprès d’entreprises catalanes), ne sont pas fiables. « Les éleveurs indépendants arrêtent leur activité naissage pour se concentrer sur l’engraissement, et passent des contrats d’intégration avec les grosses firmes privées », constate Sergi Barrabès. Des intégrateurs qui imposent de plus en plus leur modèle de production à la filière porcine espagnole.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires