Pleinchamp.com, votre site d’expertise agricole - Retour à l'accueil
Facebook Twitter google+ Youtube

Découvrez les Services Experts

  • Météo
  • Grandes cultures
  • Élevage
  • Porcs
  • Viticulture
  • Énergie
Agriculteurs, clients du Crédit agricole, informez-vous ici

Mon espace
pleinchamp

Mot de passe oublié ?
Imprimer
L’Image Meater remplacera le CGM en 2013 dans les abattoirs

L’Image Meater détermine le taux de muscle des carcasses à partir d’une photo prise par deux caméras. Contrairement au CGM, la méthode n’est pas invasive et ne nécessite pas d’opérateur. © D. Poilvet

Réussir Porcs

28/08/12
Porcs

L’Image Meater remplacera le CGM en 2013 dans les abattoirs

En AG le 13 juin, Uniporc Ouest a précisé le calendrier des installations des nouveaux outils de classement appelés à remplacer le CGM dans les abattoirs.

Une bonne partie de l’assemblée générale d’Uniporc Ouest, qui se tenait à Ploufragan le 13 juin dernier, a été consacrée à la mise en place de l’Image Meater, le prochain système de classement des carcasses dans les abattoirs. « Le CGM*, que nous utilisons depuis 1993, est un système de classement aujourd’hui dépassé », a rappelé Paul Auffray, le président d’Uniporc. « Il faut l’intervention d’un opérateur, et en pénétrant un capteur dans la longe, la méthode abîme la carcasse et augmente le risque de contaminations croisées. » L’Image Meater de la société CSB, préférée après des tests approfondis à l’Autofom danois et au VCS 2 000 allemand, a pour avantage la simplicité et l’absence d’intervention humaine. L’analyse de la carcasse, est simplement réalisée par deux caméras numériques reliées à deux ordinateurs. Ces caméras photographient une partie de la longe. L’ordinateur traite ensuite les photos, et en retire seize mesures qui servent à estimer le taux de muscle.

« Il faut faire face aux équipements particuliers de chaque abattoir »

Les appareils équipent déjà neuf abattoirs de la zone Uniporc Ouest. Neuf autres le seront d’ici la fin 2012. « Les tests sont parfois difficiles à mener. Il faut faire face aux équipements particuliers de chaque abattoir. Et la chaîne ne peut pas s’arrêter à chaque problème », souligne Pascal Le Duot, sous-directeur d’Uniporc Ouest, qui supervise la mise en place de l’Image Meater. Pour les neuf autres  abattoirs restant de plus petite dimension, Uniporc Ouest et CSB travaillent à la mise au point d’un appareil portable, moins onéreux qu’un appareil fixe. Cet appareil sera aussi utilisé pour les carcasses déviées de la chaîne pour des raisons sanitaires, qui représentent 6 % des tueries.
Dans un premier temps, les mesures seront réalisées en parallèle au CGM, qui reste pour le moment la méthode officielle de classement des carcasses. « Si tout se passe bien, l’Image Meater devrait prendre le relais au 1er avril 2013 », précise Paul Pommeret, directeur d’Uniporc Ouest. L’investissement total est de trois millions d’euros. « Cette somme sera amortie sur sept ans par les réductions de personnel. Mais les départs à la retraite éviteront des licenciements secs », précise Paul Auffray. Son financement est assuré par un emprunt de 1,2 million d’euros, une dotation d’Inaporc, des subventions des régions Bretagne et Pays de la Loire et par de l’autofinancement.

* Capteur gras maigre

Dominique Poilvet - Réussir Porcs Juillet-Août 2013
Imprimer

Derniers commentaires postés

Aide téléphonique

Besoin d'informations ? Cliquez ici ou contactez

(depuis un téléphone fixe en France métropolitaine,
 hors surcoût éventuel selon opérateur)
lundi-vendredi : 9h-18h ; samedi : 9h-16h