Les abattoirs AIM cherchent un repreneur

Les abattoirs AIM cherchent un repreneur

Les entreprises souhaitant racheter les abattoirs normands en difficulté AIM (600 salariés) ont jusqu'au 29 janvier pour déposer une offre au tribunal de commerce de Coutances (Manche).

"On travaille pour trouver des offres de reprise qui permettent de relancer une activité à la fois dans le domaine porcin (l'abattoir de la Manche, ndlr) et le bovin (l'abattoir d'Ille et Vilaine, ndlr)", a réagi le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, interrogé lors des questions au gouvernement à l'Assemblée.

Une réunion sur ce dossier devait se tenir mardi au ministère de l'Emploi, avec les cabinets des ministères de l'Économie et de l'Agriculture, a ajouté le ministre, qui répondait au député UDI d'Ile-et-Vilaine Thierry Benoit.

Les Abattoirs industriels de la Manche (AIM) emploient environ 600 personnes,  principalement à Sainte-Cécile, son siège dans la Manche et à Antrain (179 salariés) en Ille-et-Vilaine.

Selon un élu local normand, les sociétés de salaison Brient et Loste-Tradi sont en discussion pour un projet commun de reprise qui apparaît "le plus crédible" parmi les manifestations d'intérêt.

Il s'agit de deux concurrents bretons. Brient, basé à Mordelles en Ille-et-Vilaine et Loste-Tradi à Montfort-sur-Meu (Ille-et-Vilaine). Pour Johnny Poisnel, délégué CFDT d’AIM, ce projet relève encore de la rumeur.

Spécialisé dans la viande de porc, AIM a réalisé un chiffre d'affaires de 246,7 millions d'euros en 2013. Il a été placé le 6 janvier en redressement judiciaire. Une nouvelle audience est prévue le 24 février.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires