« Les Français aiment la viande ! », révèle une enquête réalisée sur les réseaux sociaux

Claudine Gérard - Réussir Porcs Novembre 2012

« Les Français aiment la viande ! », révèle une enquête réalisée sur les réseaux sociaux
Annie-Claire de Marco, agence Presse Papier. « Il faut pouvoir miser sur la fonction socialisante de la viande et aussi pouvoir expliquer les métiers ». © C. Gérard

Une étude réalisée auprès du grand public par un cabinet marketing à la demande du Sniv-SNCP permet d’affirmer que le Français aime la viande… À condition qu’elle soit bonne. Réalisée avec des outils modernes, à savoir au travers de forums sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter…). Annie-Claire de Marco, directrice de l’agence témoigne : « les discussions que nous avons eues sur ces forums montrent que le sujet de l’élevage et de la viande intéresse la société civile, et que les discussions qui en découlent peuvent conduire les internautes à changer leur regard sur l’élevage, les éleveurs, la viande… ». Elle recommande aussi aux acteurs des filières viandes de répondre aux accusations portées injustement, comme lors de la dernière « affaire » des viandes Hallal, mais de ne pas entrer dans des communications « ping-pong », renvoyant tous les coups, « car vous n’en sortirez jamais ».

« Les Français aiment la viande ! », révèle une enquête réalisée sur les réseaux sociaux

 Elle lance d’autres recommandations aux acteurs des filières viandes. Entre autre, ne pas réduire la communication aux seuls « medias ». Il y a beaucoup d’autres cibles : les « dictats » médicaux, les « experts »…
Autre recommandation : réfléchir à une nouvelle appellation du syndicat de « l’industrie des viandes » avant d’envisager toute action de communication. « Ces deux mots que sont industries et viande ne peuvent pas cohabiter. Vous devez passer d’un logique d’entreprise à une logique de métiers dans votre communication », recommande-t-elle. Par ailleurs, la table ronde qui a réuni des experts de marketing au cours de l’assemblée générale, a débouché sur l’idée qu’en terme de communication, « la viande, dans sa globalité, devrait capitaliser sur ses vertus polysensorielles, puisqu’elle fait appel à la vue, l’odorat, le goût, voire le toucher. Et miser sur l’aspect festif d’un bon repas en famille ou entre amis qui est toujours un moment convivial autour d’une bonne viande. Comme le festin autour d’un sanglier qui clôt les BD d’Astérix… ».

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires