Lutte contre les diarrhées grises : Un vétérinaire du Morbihan mesure l'intérêt économique de lutter contre les Brachyspires et Lawsonia

Claudine Gérard

Benoît Boivent, vétérinaire dans la Morbihan, témoigne de son expérience personnelle sur
l'intérêt technico-économique de lutter contre les Brachyspires au travers d'un protocole de
supplémentation dans l'aliment (tiamuline à 5 kg/t).
Dans un élevage naisseur-engraisseur de 120 truies, dans le Morbihan, il a dû résoudre un
problème de dégradation de performances en post-sevrage, avec une forte hétérogénéité
et des épisodes cliniques de diarrhées-mortalité. La présence de Lawsonia est prouvée. Il
décide de remplacer une supplémentation en place depuis plusieurs années dans l'aliment
2e âge par la tiamuline. « L'amélioration des performances s'est traduite dans l'élevage par
une très grande homogénéité des porcs en PS et engraissement et des départs plus
rapides à l'abattoir », témoigne-t-il. Fort des GTE « avant et après » la mise en place de ce
protocole, il peut calculer le retour sur investissement. Les croissances sevrage-vente ont
augmenté de 30 g/j, passant de 696 g/j à 730 g/j, tandis que l'IC a chuté de 2,65 à 2,42.
Se basant sur les calculs économiques de l'Ifip, il évalue ces gains techniques à 4,26
€/porc. En ôtant le « surcoût » de la supplémentation (0,43 €/porc), le gain net est donc,
selon Benoît Boivent.


Source Réussir Porcs Septembre 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires