Marché : Avec un différentiel de 5 à 6 euros par porc, la France est pénalisée par rapport à l'Allemagne

Claudine Gérard

Michel Bloc'h, président de l'UGPVB, entendait sensibiliser Bruno Le Maire, ministre de l'Agriculture, aux distorsions de concurrence dont souffre la filière porcine. Le ministre n'est pas venu visiter les stands, mais le panneau affiché sur le stand et qui lui était destiné, lui, est resté : « deux millions de pertes par semaine », c'est la distorsion de concurrence que subit la filière française par rapport à sa voisine allemande. En cause, la main-d'oeuvre des abattoirs allemands, principalement en provenance des pays de l'Est, rémunérés sur la base de leur pays d'origine. Michel Bloc'h calcule que l'écart s'élève à 5 à 6 euros par porc abattu. « Nous ne réclamons pas une diminution du salaire de nos employés dans les abattoirs. Mais au contraire une harmonisation des salaires par le haut », tient à préciser le président de l'UGPVB.

Michel Bloc'h, président de l'UGPVB. (C. Gérard)

Michel Bloc'h, président de l'UGPVB. (C. Gérard)

Source Réussir Porcs Octobre 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires