Marché mondial : La grippe redistribue les cartes du commerce porcin

SC avec AFP

L'épidémie de grippe porcine a poussé de grands pays consommateurs de viande de porc comme la Chine et la Russie, à limiter leurs importations, ce qui pénalise les producteurs américains et canadiens mais pourrait faire le jeu des européens.

La Chine, la Russie mais aussi la Thaïlande, l'Indonésie, l'Ukraine, l'Équateur ou la Croatie ont limité leurs importations de porc en provenance du Mexique et de certaines régions des États-unis et du Canada, lors de l'apparition de la maladie.

Les raisons de cet embargo sont diverses mais la grippe dite « porcine » n'est souvent qu'un prétexte. La Russie fait figure de spécialiste dans le protectionnisme sanitaire. Ce pays n'étant pas membre de l'Organisation mondiale du commerce, il peut prendre des mesures restrictives sans risque de représailles.

Ce qui n'est pas le cas de la Chine, membre de l'OMC. Les membres de l'OMC sont autorisés à restreindre les importations pour protéger la santé publique mais il faut que les mesures soient temporaires et scientifiquement justifiées. Ici, l'argument scientifique tient difficilement. Le Canada menace donc de porter plainte.

Deux milliards de dollars de perte par jour

Car le manque à gagner pour les producteurs est colossal. « Les producteurs américains de porcs estiment leurs pertes à deux milliards de dollars par jour », relève Jean-Paul Simier, expert élevage pour le rapport Cyclope. Une situation qui pourrait faire le jeu des producteurs européens.

La Russie et la Chine, respectivement 2e et 3e importateur mondial, ne peuvent pas se passer de la viande étrangère. L'Europe devrait donc traverser dans le calme cette crise sanitaire, d'autant que les analystes n'ont pas noté de baisse des prix du porc début mai, en plein coeur de la tourmente.

Le marché de la viande dans le monde dépasse les 60 milliards de dollars (44 Mds d'euros) par an et le porc, viande la plus consommée dans le monde, représente 38% de la production.

Publié par SC avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires