Note de conjoncture - Secteur de la viande porcine : Baisse des cours sur l'ensemble des marchés européens.

FranceAgriMer

La spirale baissière, qui a commencé début septembre, se prolonge sur les marchés européens puisque tous les marchés voient leurs cours se replier cette semaine. Malgré les fortes baisses des cours des dernières semaines, les opérateurs européens n'arrivent pas à développer significativement leurs exportations sur les Pays Tiers, où ils sont en concurrence avec les offres brésiliennes et américaines, qui bénéficient, entre autres, d'une parité euro/dollar favorable. Les abondantes disponibilités européennes se retrouvent donc recentrées vers le marché communautaire, où la consommation n'est pas plus soutenue cette année que les années précédentes. Les cours en Allemagne accusent une baisse de 4 centimes à 1,35 €/kg. Aux Pays-Bas, les cours suivent la même tendance en affichant une baisse de 3 centimes à 1,03 €/kg vif de même que le cours belge qui, fixé à 1,3 €/kg perd également 3 centimes. Le prix d'acompte danois a été fixé à 1,18 €/kg, soit une nouvelle révision à la baisse de 3 centimes. Les cours italiens ne confirment pas leur hausse de 4 centimes de la semaine précédente puisqu'ils baissent de 1 centime à 1,3 €/kg. Dans la péninsule ibérique, le cours espagnol se replie de 4,5 centimes pour s'établir au seuil symbolique de 1 €/kg vif. Au Portugal, le cours baisse de 6 centimes à 1,44 €/kg.

Le cours, au Marché du Porc Breton de Plérin, se replie de nouveau de 5 centimes cette semaine pour s'établir à 1,01 €/kg. Depuis début septembre, il a perdu 23 centimes soit 18,5 %. En repli de 24,6 % par rapport au cours relevé à la mi-octobre 2008, il atteint un niveau jamais observé à pareille époque depuis 2003. Dans la zone Uniporc Ouest, l'offre demeure soutenue, les abattages ayant été, en semaine 41, de 395 221 porcs, avec un poids moyen qui s'alourdit de 100 grammes à 91,46 kg. En semaine 42, les estimations d'abattage sont de 356 459 porcs avec un poids moyen similaire à la semaine précédente. La grève des services vétérinaires dans les abattoirs le 12 octobre explique en grande partie cette réduction de l'activité.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires