Note de conjoncture - Secteur de la viande porcine : Des prix communautaires orientés à la baisse :

FranceAgriMer

Les répercussions économiques de la nouvelle grippe sur les prix de marché semblent limitées. Il s'agirait plutôt d'incidences psychologiques comme en Allemagne où la référence recule de 4 centimes, à 1,42 € le kg. Le consommateur est méfiant suite à la déclaration d'un cas. Aux Pays-Bas le cours perd 1 centime, à 1,37 € le kg tandis qu'il progresse de 3 centimes, à 1,24 €, au Danemark. Il est stable en Espagne, à 1,127 €. Le marché sort d'une accumulation de jours fériés qui a provoqué des retards d'enlèvement et une hausse des poids de 500 gr en vif.
Compte tenu de l'embargo imposé par la Chine et la Russie (fermeture des importations aux pays ayant déclaré plus de 8 cas) à certains Etats des USA, du Canada, les exportations communautaires devraient pouvoir profiter de cette mesure.
Selon l'OMS, aucune personne porteuse du virus H1N1, dont on sait qu'il est un mélange de séquences génétiques provenant du porc, du poulet et de l'homme, n'a été contaminée par la viande de porc.

En France, l'effet météo, un printemps un peu hésitant, semble pour l'instant plus déterminant que la grippe. Sur la semaine, le cadran à Plérin est en repli de 0,3 centime, à 1,197 € le kg. La demande intérieure est bonne, sans plus. L'activité d‘abattage est moyenne, avec 339 001 porcs d'un poids moyen de 92,02 kg ( 200 gr). La baisse de poids est la conséquence des abattages proches de 410 000 porcs de la semaine dernière.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires