Note de conjoncture - Secteur de la viande porcine : Nette hausse des cours français et espagnol, stabilité en Allemagne

Office de l'élevage / DEP

Dans les principaux bassins de production européens, on constate un recul de l'offre face à une demande qui reste soutenue, surtout à l'exportation. Cependant, en raison d'apports un peu plus conséquents, les prix en Allemagne sont stables, à 1,41 € le kg, après 9 centimes de hausse au cours des 15 derniers jours. Par contre, les prix augmentent de 6 centimes en Espagne, à 1,11 € le kg, avec des offres réduites et des baisses de poids de 620 gr en une semaine. La montée des prix pourrait s'amplifier, conséquence de la réduction du cheptel naisseur dans le centre du pays. Ailleurs, la tendance est à la fermeté des prix. Ils progressent de 1 centime aux Pays-Bas, à 1,04 € le kg, et de 2 centimes au Danemark, à 1,11 €.
A classification égale, le prix espagnol redevient leader sur le marché communautaire. Le différentiel avec le prix français est de 16 centimes, ce qui pourrait modifier les flux commerciaux de ventes de porcs vivants vers l'Espagne. L'écart entre le prix allemand et le prix français est de 10 centimes. La référence danoise se situe à -11 centimes par rapport au prix français et à -21 centimes comparée au cours allemand.

A Plérin, la cotation qui avait jusqu'ici hésité à suivre le mouvement de hausse de l'UE, progresse de 5,4 centimes sur la semaine, à 1,152 € le kg. Les offres retrouvent un niveau normal et la base d'abattage en semaine 08 est en repli avec 404 077 porcs d'un poids moyen de 91,50 kg (-270 gr) et des prévisions pour la semaine suivante encore en recul ( 394 000 porcs pour un poids toujours en baisse, de 200 gr ).
Compte tenu des hausses des cotations allemandes et espagnoles ces dernières semaines et de moindres disponibilités en élevage, la reprise des cours devenait inévitable. Mais il est possible qu'une moindre disponibilité ne signifie pas nécessairement baisse de la production. L'envoi éventuel de porcs sur les marchés espagnol et allemand peut alléger le marché intérieur. Aujourd'hui le niveau de production est intermédiaire entre le déficit de 2006 et la situation excédentaire de 2007.

Mise en ligne à partir du stand de l'Office de l'Elevage au Salon de l'Agriculture (Hall n°1 allée G-J stand 38)

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires