Note de conjoncture - Secteur de la viande porcine : Repli général des prix dans tous les principaux bassins européens :

Office de l'Elevage / DEP

Le marché communautaire hésitant ces dernières semaines est à présent nettement orienté à la baisse, non pas à cause d'offres importantes, mais en raison d'une demande plutôt déprimée. L'aval est partout tributaire d'un difficile commerce des pièces de découpe. A l'exception de la référence danoise, stable à 1,25 € le kg, les cours sont à la baisse : le prix allemand recule de 3 centimes, à 1,40 € le kg, les prix néerlandais et belges également, à 1,03 et 1,02 €. En Espagne ils diminuent de 2 centimes, à 1,155 € le kg. Le niveau des abattages y reste élevé pour congeler et stocker de la viande qui devrait être mise en marché à l'été. Dans l'UE à 15, l'activité d'abattage reste supérieure à celle de 2006 et 2007.

Conséquence directe de la faiblesse du dollar, les ventes des Etats- Unis, sur les 2 premiers mois de l'année, ont progressé de 287 % sur la Chine (75.000 tonnes) dont on dit que les stocks stratégiques sont au plus bas, de 164 % vers la Russie (26 700 tonnes), de 83 % vers l'UE (5 275 tonnes).

A classification égale, le prix espagnol est directeur sur le marché communautaire, avec 9 centimes de plus que le prix français. Le cours allemand est de 3 centimes inférieur au prix français et le prix danois de 10 centimes.

A Plérin, la cotation est en retrait de 2,1 centimes sur la semaine, à 1,192 € le kg, avec une activité d'abattage de 385 633 porcs en semaine 14, d'un poids moyen de 91,5 kg. La demande, tant sur le marché intérieur qu'à l'exportation, n'est pas bonne. Sur les 3 premiers mois de l'année, la consommation de porc frais est en recul de 6,7 %. Les offres françaises sont supérieures aux besoins. Les abattoirs stockent et congèlent.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires