Paquet hygiène : Le guide des bonnes pratiques d'hygiène arrive en élevage

Dominique Poilvet

Pour encadrer les mesures d'hygiène à mettre en place en élevage, l'administration a demandé à la profession de rédiger un Guide de bonnes pratiques qui servira de référence aux éleveurs.

La réglementation européenne, appelée aussi « Paquet Hygiène », responsabilise tous les opérateurs des filières qui produisent des denrées alimentaires destinées à la consommation humaine. Les producteurs sont autant concernés que les abatteurs, transformateurs et distributeurs. Ils sont juridiquement responsables de la qualité sanitaire de la viande qu'ils mettent sur le marché. C'est pourquoi l'administration a demandé aux organisations professionnelles agricoles de rédiger un Guide des bonnes pratiques d'hygiène en élevage (GPBH) qui servira désormais de document de référence à chaque éleveur pour les mesures à prendre en terme d'hygiène. Pour la production porcine, ce sont la FNP, Coop de France et Inaporc qui ont pris le dossier en charge, accompagnés par l'Ifip pour la coordination technique. « Ce guide détaille les mesures générales destinées à maîtriser les dangers potentiellement présents dans la viande de porc », détaille Jeff Trébaol, président du comité de pilotage. « Il constitue le socle minimum pour répondre à l'objectif principal du Paquet Hygiène : garantir et renforcer la sécurité des aliments, c'est-à-dire obtenir l'assurance que les aliments ne soient pas à l'origine de dommages pour le consommateur. » En cas de problème sanitaire sur un produit issu de son élevage, l'éleveur pourra se baser sur ce document pour justifier de ses pratiques.

Au-delà de la contrainte réglementaire, les responsables professionnels veulent aussi que ce document serve d'outil permettant à chacun d'améliorer la biosécurité dans son élevage. « Il ne faut pas le considérer comme une contrainte, mais comme un facteur de progrès », souligne Marcel Corman, président du collège porc bétail et viande à Coop de France.
Un manuel d'application complète ce guide. Ce manuel comporte notamment des « fiches techniques » détaillant, à titre de propositions, des modes opératoires, protocoles-types ou configuration d'équipements possibles qui vont dans le sens d'une meilleure hygiène. Les deux documents sont organisés en chapitres thématiques : protection sanitaire, conduite d'élevage, alimentation, hygiène, gestion des effluents liquide et solides, traçabilité, et information sur la chaîne alimentaire. Pour que son contenu soit le plus pratique possible, une première version a été expérimentée en 2007 auprès d'une cinquantaine d'éleveurs. La restitution de ces expériences a permis d'amender le contenu du Guide et d'évaluer l'intérêt des utilisateurs. Il a été également validé par les administrations concernées (DGAL, DGCCRF et DGS), qui seront à même d'effectuer des contrôles en élevage pour vérifier de leur bonne application. « Le guide n'apporte pas de nouvelles contraintes », ajoute Jeff Trébaol. « Il est constitué à 90 % de la réglementation existante, et à 10 % de préconisations pratiques de bon sens. Mais il est bien entendu que les contrôles de l'administration ne porteront que sur les aspects uniquement réglementaires, et que le guide ne sera pas un prétexte pour ajouter des contraintes supplémentaires », précise-t-il.

Le guide des bonnes pratiques d'hygiène est complété par un manuel d'application qui détaille les mesures à prendre et propose des plans d'action type. (D. Poilvet)

Le guide des bonnes pratiques d'hygiène est complété par un manuel d'application qui détaille les mesures à prendre et propose des plans d'action type. (D. Poilvet)

 

La diffusion de ces documents va se faire en deux étapes. Depuis le début de l'année, l'Ifip anime des réunions en région pour informer et former les prescripteurs assurant l'encadrement technique habituel des éleveurs. « Nous avons la chance, contrairement à d'autres filières, d'être organisés en groupement, ce qui facilite cette diffusion », souligne Marcel Corman. A l'issue de ces réunions, chaque structure a en charge d'organiser le déploiement de l'information auprès des éleveurs et la distribution des documents. 14 000 exemplaires ont été imprimés, une opération financée par Inaporc.

Source Réussir Porcs Juin 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires