Pathologies porcines : Contrôler les bactéries pour lutter contre les pneumonies

Claudine Gérard

Les pathologies respiratoires les plus courantes sont généralement dues à une association de virus et de bactéries. La lutte contre cette pathologie passe donc par une antibiothérapie adaptée qui complète la vaccination. Explication avec le laboratoire Alpharma.

Le complexe respiratoire porcin (PRDC en anglais)est aujourd'hui bien décrit, comme l'a montré André Dereu, responsable technique porc Alpharma Europe, au cours d'une réunion organisée cet automne(1). Cette pathologie majeure des élevages de porcs est une maladie ultifactorielle dans laquelle la conduite et l'environnement sanitaire jouent un rôle majeur, est qui est due à une combinaison de pathogènes viraux et bactériens. Parmi les virus, les plus impliqués dans cette pathologie sont le SDRP et le circovirus (PCV2) pour lesquels des vaccins sont aujourd'hui disponibles.

André Dereu, responsable technique porc Alpharma Europe. (C. Gérard)

André Dereu, responsable technique porc Alpharma Europe. (C. Gérard)

Le mycoplasme augmente la durée d'une pneumonie

Autre pathogène majeur impliqué dans les pneumonies, le mycoplasme, qui est connu pour
augmenter la durée et la sévérité d'une pneumonie induite par le SDRP et pour lequel la vaccination est possible. « Toutefois, les vaccins mycoplasme ont très peu d'effet sur la réduction du nombre de micro-organismes de mycoplasme », affirme le vétérinaire.

Quant aux bactéries, considérées comme des «pathogènes secondaires», il s'agit essentiellement de Pasteurella multocida, Streptococcus suis et Haemophilus parasuis qui aggravent l'effet des virus respiratoires. Ainsi, la présence commune de SDRP et bordetelles prédispose les porcs aux infections à pasteurelles. C'est pourquoi André Dereu affirme que le contrôle de ces bactéries secondaires est un point critique dans la réussite globale du traitement de la pneumonie du porc. Il recommande donc de déterminer l'antibiotique qui a le meilleur rapport efficacité-prix contre le plus grand nombre de bactéries. En l'occurrence, l'Aurofac(2) a été testé avec succès aux Etats-Unis lors d'expérimentations : administré à des porcs dans un modèle de co-infection SDRP-mycoplasme, le traitement a permis de réduire le nombre de germes de mycoplasme dans les bronches, diminuer les symptômes cliniques tels que la toux, réduire la gravité des lésions et l'intensité de la pneumonie SDRP.

Dans un autre essai, avec des porcs co-infectés avec Mycoplasma hyopneumoniae et le circovirus, le traitement antibiotique a permis de réduire fortement les lésions pulmonaires. C'est pourquoi le vétérinaire recommande l'utilisation de cet antibiotique en conjonction de vaccination sur les porcelets pour lutter efficacement contre le complexe respiratoire porcin.


(1) Pathologie respiratoire porcine, le Mont Saint-Michel, 16 octobre 2008.
(2) chlortétracycline 100

Source Réussir Porcs Décembre 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires