Porc: en 2016, la Chine a soutenu l'export européen

Porc: en 2016, la Chine a soutenu l'export européen

L'explosion de la demande chinoise en viande de porc a soutenu en 2016 la production européenne, dont les exportations vers ce pays ont doublé par rapport à 2015, a indiqué mercredi le service statistique du ministère de l'Agriculture Agreste.

En 2016, les pays de l'Union européenne ont augmenté leurs exportations de 96% en volume, à environ 1 million de tonnes, dont quelque 300.000 tonnes venant de la seule Allemagne, premier exportateur européen vers la Chine. La France, elle, a également vu fortement progresser ses exportations de viande de porc vers la Chine, devenue de peu son premier client devant l'Italie. Les abattages de porcs en Europe atteignent en 2016 23,2 millions de tonnes, en hausse de 1,3% par rapport à 2015. La France, troisième producteur européen derrière l'Allemagne et l'Espagne, mais talonnée par la Pologne, voit sa production croître de 1%, dans la lignée de l'évolution observée depuis 2014 (+0,8% en moyenne annuelle). Les exportations françaises ont également progressé de 1,4%, mettant un terme à une série de baisses amorcée en 2012 et accentuée depuis 2014, à la suite de la fermeture du marché russe. La Chine, explique Agreste, "a eu massivement recours aux importations de viande porcine européenne en 2016 pour compenser la chute de sa production suite à la restructuration de sa filière", alors qu'il s'agit de la viande la plus consommée dans le pays.

En 2014, la Chine avait été secouée par plusieurs scandales alimentaires liés à l'élevage de porc, avec notamment la mise sur le marché de viande contaminée par un virus très contagieux et impropre à la consommation dans la ville de Gaoan, l'un des principaux sites chinois de production de porc. Le pays avait aussi connu un retentissement scandale de porc au clenbutérol, un anabolisant donné aux cochons pour leur faire produire plus de viande maigre et moins de gras. Enfin, la métropole de Shanghai avait collecté en 2013 des dizaines de milliers de cadavres de porcs déversés dans le principal fleuve de la ville. Cependant, le dynamisme des importations chinoises montre depuis fin 2016 des signes d'essoufflement.

Autre problème, plus spécifique à la France, si son solde est positif en volume, il reste largement déficitaire en valeur à -284 millions d'euros en 2016 (contre -400 millions d'euros l'année précédente). Cela tient essentiellement à la différence en valeur des viandes porcines fraiches et réfrigérées (-118 millions d'euros), dont le prix français à l'export est en moyenne de 1,57 euro le kilo contre 2,13 euros à l'importation.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires