Porcs russes : Des qualités de carcasse à améliorer

Claudine Gérard

Les Russes ont engagé un développement des quantités de porcs produits. Ils doivent aussi s'attaquer à la qualité. Génétique « locale », alimentation à améliorer, durées d'engraissement élevées… autant de causes de carcasses très grasses et peu musclées, comme en témoigne la visite de Krasnodarkiy Myasokombinat, l'une des plus grosses entreprises de transformation de Krasnodar, au sud-est du pays, près de la mer noire. Jusqu'à présent, les habitudes de consommation ont en partie masqué ces défauts. Dans les linéaires des villes, très peu de viande fraîche. Mais une palette de produits de charcuteries, des « bâtons » obtenus par mélange de viande, d'épices, le tout transformé en une bouillie à cuire qui, finalement, pourrait se satisfaire de ces pièces. Mais les investisseurs savent que les élevages aujourd'hui en construction devront être peuplés avec une génétique qui améliore la qualité des carcasses. PIC s'est imposé ces dernières années. Mais d'autres intervenants mondiaux lui font aujourd'hui concurrence : des Canadiens (Génétia), des Danois, et aussi des Français, comme France Hybrides, qui a commercialisé 5000 grand parentaux l'an passé.

Des carcasses très grasses, fruits d'une génétique le plus souvent locale. (C. Gérard)

Des carcasses très grasses, fruits d'une génétique le plus souvent locale. (C. Gérard)

Source Réussir Bovins Viande Janvier 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires