Prophylaxies porcines. Une situation départementale toujours très favorable

Christian PETIT & Dr Didier GUERIN

Prophylaxies porcines. Une situation départementale toujours très favorable

Sanitaire collectif porcins => En Creuse, les prophylaxies porcines sont programmées en mai. L’ensemble des élevages naisseurs et naisseurs-engraisseurs sont concernés. La situation départementale continue d’être très favorable.

Prophylaxies porcines. Une situation départementale toujours très favorable

Les prophylaxies en espèce porcine sont essentiellement centrées sur le SDRP (syndrome dysgénésique respiratoire porcin) et la maladie d’Aujeszky. La faune sauvage avec le risque brucellose porcine transmise par les sangliers et le suivi pour la santé publique avec l’éventuelle recombinaison des virus influenza interviennent également dans la gestion sanitaire collective.

La France indemne d’Aujeszky depuis 2008, d’où un allègement des contrôles

L’ensemble de la France continentale est reconnue indemne de maladie d’Aujeszky chez les porcs domestiques depuis le 28 mars 2008. Dans ce cadre, la surveillance sérologique reste nécessaire dans les élevages à fort risque d’introduction ou de diffusion du virus. Le suivi sérologique a été ainsi maintenu dans les élevages plein-air (risque d’introduction par les sangliers sauvages) et les élevages de sélection - multiplication (fort risque de diffusion). Dans les autres élevages, la surveillance sérologique a été supprimée.

Face au risque, un dépistage systématique SDRP avec une réalisation en mai…

Le SDRP est une maladie virale contagieuse surtout par contact direct entre animaux mais également possible par voie aérienne et par la semence. Ce virus exerce un effet immunodépresseur, favorisant l’action d’autres germes pathogènes. Il induit des troubles de la reproduction et l’apparition d’un syndrome grippal notamment en porcherie d’engraissement. Les performances de l’élevage sont altérées sur plusieurs mois. En Creuse, le dépistage est obligatoire sur les reproducteurs dans les élevages naisseurs et naisseurs-engraisseurs. Pour des raisons de praticité et de limitation des coûts d’analyses, les contrôles se réalisent au cours du mois de mai.

… avec une garantie de cheptel SDRP à utiliser avec vigilance et constance

Face à une pathologie pouvant avoir un fort impact économique, une vigilance accrue à l’introduction est fondamentale et doit se baser sur la connaissance du statut du cheptel d’origine. Toutes les zones pouvant fournir des porcelets ne possèdent pas un statut favorable par rapport au SDRP d’où l’importance de n’introduire que des porcelets provenant d’élevages sous apport de garantie. Suite à une contamination d’ateliers engraisseurs à partir d’une station de post-sevrage collectif observée en Auvergne, il a été demandé aux opérateurs commerciaux comme il est recommandé aux éleveurs d’être particulièrement vigilants sur les apports de garantie en matière de SDRP. En Creuse, tous les élevages contrôlés s’avèrent négatifs et bénéficient des attestations d’apport de garantie SDRP, permettant ainsi à nos éleveurs l’accès à toutes les filières commerciales.

Les sangliers surveillés vis à vis de la maladie d’Aujeszky et de la brucellose porcine dans le cadre du contrôle sanitaire de la grande faune sauvage

Pour les sangliers, source potentielle de contamination des élevages de porcs en plein-air, le suivi triennal mis en place dans le cadre du contrôle sanitaire de la faune sauvage (cf. article du 30/05/2014) concerne la maladie d’Aujeszky et la brucellose. Pour la maladie d’Aujeszky, après une alerte en 2009/2010, les résultats se sont avérés négatifs cette année comme en 2010/2011. La seule menace identifiée, en Creuse, en matière de contamination par la faune sauvage, a été celle des sangliers avec la brucellose porcine pour les élevages plein-air de truies, d’où la mise en place de mesures spécifiques de protection. Des sérologies brucellose ont été effectuées la campagne dernière. Il en est ressorti un faible taux de positifs de 7 % contre 47 % en 2001/2002, 22 % en 2006/2007 et 23 % en 2009/2010. Cette forte diminution apparente de la circulation de la brucellose porcine chez les sangliers demande à être confirmée ou infirmée lors du contrôle la campagne prochaine.

Une étape de la « sanitaire’ attitude » pour un intérêt individuel et collectif

En Creuse, le maintien de cette situation très favorable passe par un engagement de chacun en matière de maîtrise des risques sanitaires avec pour objectif un bénéfice sanitaire individuel et collectif le meilleur possible, nous permettant de maintenir notre production porcine à un rang satisfaisant dans un contexte difficile. Avec les professionnels regroupés au sein de sa section porcine, GDS Creuse s’investit avec un accompagnement technique (gestion des prophylaxies en relation avec la DDCSPP, attestations SDRP…) et financier (tiers-payant, fonds de solidarité Aujeszky et SDRP…). Pour tout renseignement complémentaire, n’hésitez pas à nous contacter.

Prophylaxies porcines. Une situation départementale toujours très favorable

Une nouvelle maladie virale en Amérique du Nord : la diarrhée épizootique porcine

En avril 2003, était détecté aux USA un premier cas de diarrhée épizootique porcine (DEP). En une année, 5 millions de porcelets en sont morts, 5.200 élevages sont atteints, 27 Etats sont touchés ainsi que le Canada, le Mexique, le Pérou et le Japon.

Une gastroentérite virale avec un taux de mortalité très élevé

Les symptômes sont ceux d’une gastroentérite (diarrhée aqueuse importante avec ou sans  vomissements) touchant les jeunes et les adultes avec une mortalité de 95 % des porcelets sous la mère. Les autres catégories d’animaux sont affectées, mais moins sévèrement. L’incubation est extrêmement brève (12 à 24 heures) et l’excrétion dure 3 à 4 semaines. L’agent pathogène est un delta-coronavirus transmis essentiellement par contamination oro-fécale et par vecteur mécanique (botte, véhicules, etc.). Au Canada, du plasma porcin entrant dans la composition d’aliment pour porcs a été détecté contaminé par le virus. En Chine, un virus très proche génétiquement circule de manière enzootique. Un alpha-coronavirus a circulé en Europe dans les années 70, 80 et 90 mais de manière bien moins agressive. La souche qui sévit actuellement outre-Atlantique semble peu immunogène (le passage du virus confère une immunité de courte durée). Les vaccins existant sont très peu efficaces et n’ont pas d’AMM en Europe. Cet agent pathogène ne représente aucun danger pour l’Homme, qu’il soit professionnel en contact avec des porcs malades ou consommateur de viande de porc.

Des mesures de biosécurité mises en place pour prévenir le risque

Les premières mesures de lutte à l’échelle des élevages sont les mesures de biosécurité. En France, la DEP a été classée dans les dangers sanitaires de 1ère catégorie (cf. article du 18/04/2014) en tant qu’émergence potentielle. La DGAl a saisi l’ANSES le 04 avril 2014 afin qu’elle évalue le risque représenté par ce danger sanitaire et propose des méthodes de lutte pertinente en cas d’introduction de l’agent pathogène sur le territoire (élimination, vaccination, claustration, stérilisation, vaccination…).

Des mesures de sauvegarde provisoires décidées en urgence par la Commission Européenne

Compte-tenu du fait que le delta-coronavirus sévissant en Asie et Amérique du Nord n’a jamais été détecté en Europe, que le sang séché et le plasma de porcs entrent souvent dans la composition des aliments pour porcs et qu’un chauffage insuffisant ou une contamination après chauffage pourraient disséminer le virus à partir de ces matières premières, la Commission Européenne a décidé que le sang et plasma de porcs en provenance de pays tiers et destinés à entrer dans la composition d’aliments pour porcs doivent être traités à haute température puis stockés de manière à éviter toute contamination. Ces produits devront en outre être accompagnés d’un certificat. Ces mesures de sauvegarde provisoires entrent en vigueur le lendemain de la publication de la décision et pour une durée de 12 mois.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires