Trois questions aux auteurs du rapport sur la filière porcine française

Dominique Poilvet - Réussir Porcs Juin 2012

Trois questions aux auteurs du rapport sur la filière porcine française
Jean-Baptiste Danel, Muriel Guillet Jean-Marie Travers, CGAAER. (DR)

Jean-Baptiste Danel, Muriel Guillet et Jean-Marie Travers, du CGAAER (Conseil général de l'alimentation, de l'agriculture et des espaces ruraux), sont les auteurs du rapport "Quel avenir pour la filière porcine française ?".

Quels sont les objectifs de cette étude ?

Le CGAAER (Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux) est un service du ministère de l’Agriculture composé d’experts venus de différents horizons. Début 2011, le ministre de l’Agriculture d’alors, Bruno Le Maire, lui a commandé une réflexion sur la filière porcine française. Son objectif était d’avoir un point de vue extérieur à la filière, et de faire une approche sectorisée par régions des possibilités de développement de la production. Ce rapport est public et disponible sur notre site internet(1).

Image 4

Pourquoi l’environnement constitue-t-il un volet important de votre rapport ?

Aujourd’hui, l’aspect environnemental conditionne le développement futur de la production. L’environnement engendre des contraintes supplémentaires. Mais la prise en compte de ces contraintes est essentielle pour une bonne acceptabilité sociétale, qui constitue également un enjeu majeur pour la filière. Elles peuvent être surmontées par les éleveurs, grâce notamment aux mesures prises ces deux dernières années facilitant les restructurations des élevages.

La filière porcine peut-elle être compétitive face aux autres bassins de productions ?

À long terme, la filière porcine française a toutes les cartes en main pour être aussi compétitive que ses concurrents européens et pour s’imposer sur les marchés extérieur en pleine croissance. Aujourd’hui, la principale forme de distorsion de concurrence réside dans les salaires de l’industrie, plus bas dans certains pays comme l’Allemagne. L’une des réponses possibles de l’industrie française est de mieux s’organiser et d’innover pour atténuer ces écarts de coût.

(1)  http://agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/CGAAER_11056_2012_Rapport_cle05a762.pdf

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires