tude comparative du Sifco : La France se situe dans la moyenne des coûts d'équarrissage

Claudine Gérard

Les coûts d'équarrissage sont très variables selon les bassins d'élevage en Europe. La France a des coûts intermédiaires entre les extrêmes que sont les Pays-Bas et l'Espagne.

Le Sifco(1) a fait réaliser une étude comparative des systèmes et des coûts de
l'équarrissage dans six bassins d'élevages européens : Pays-Bas, Allemagne, Royaume-
Uni, Espagne, Danemark et France. Pour l'heure, ces données ne sont pas rendues
publiques, et il nous est impossible de détailler ces coûts, sachant que Thierry Geslin,
directeur du Sifco, souligne qu'il est important de comprendre le fonctionnement du service
de l'équarrissage avant de se focaliser sur les chiffres. Chaque bassin d'élevage a mis en
place son propre système, allant d'une quasi totale libéralisation au Royaume-Uni à une
assurance en Espagne (où les règles diffèrent selon les provinces !) ou la mutualisation « à
la française ». Toutefois, dans l'attente de la publication des données chiffrées, on pourra
retenir quelques points marquants.

Premier constat, les coûts d'équarrissage sont extrêmement contrastés entre ces bassins,
avec une hiérarchie entre le Danemark, qui affiche les coûts les plus bas et le Royaume-
Uni ou l'Espagne qui, au contraire, subissent les coûts les plus élevés. La principale
explication tient dans la surface de ces pays et leur densité d'élevage. « Le classement des
pays selon leur coût d'équarrissage est globalement le même que celui du nombre d'UGB
par ha », commente Thierry Geslain qui précise ces données : 3,26 UGB/ha aux Pays-Bas,
1,7 UGB/ha au Danemark, contre 0,90 UGB/ha au Royaume-Uni et seulement 0,58
UGB/ha en Espagne. « Compte tenu de l'impact du poste collecte dans le coût de
l'équarrissage, les pays les plus spécialisés et de faible surface affichent évidemment les
coûts les plus bas. La France (avec 0,82 UGB/ha) se situe exactement dans la médiane de
ces bassins étudiés », analyse Thierry Geslain.

De fortes disparités au sein d'un même pays

Autre enseignement de cette étude, les moyennes cachent de fortes disparités au sein d'un
même pays, toujours en relation avec le degré de spécialisation. En France, par exemple, le
coût de l'équarrissage pour 1 tonne d'ATM de porc enlevé (soit 4 truies ou 10 porcs) est de
220 euros dans les Côtes-d'Armor et 2135 euros dans les Alpes-Maritimes… « Dans la
plupart des départements, les coûts sont supérieurs à 330-350 euros par tonne », précise
Didier Delzescaux, Inaporc. L'étude du Sifco montre qu'il en est de même entre les
différents länder d'Allemagne ou entre provinces espagnoles, où les coûts peuvent varier
dans des proportions importantes.
L'étude complète sera présentée à la filière courant juillet. Elle précisera utilement ces
données qui, selon Thierry Geslin, sont aussi très attendues par nos voisins européens qui
ne disposent pas d'éléments de comparaison objectifs.




Carte d'identité du Sifco

Le Sifco est le Syndicat des industries françaises des coproduits animaux, fondé en 1996.
Les 14 entreprises membres du Sifco intègrent :
les équarrisseurs,
les transformateurs de sous-produits animaux,
les abattoirs ayant intégré cette deuxième transformation.
En France, en 2006, les professionnels adhérant au Sifco ont géré 2,75 millions de tonnes
de matières collectées et traitées (soit environ 12 500 tonnes par jour) avec 75 unités de
production dont 1/3 consacré à l'activité d'équarrissage et 62 centres de transfert de
produits avant acheminement vers les unités de transformation.
www.sifco.fr



Pour en savoir plus

Voir dossier de Réussir Porcs de juillet-août 2008 : « Vers une réforme de l'équarissage ».
(R. Porcs n°151, p. 14 à 23).

(1) Syndicat des industries françaises des coproduits animaux

Source Réussir Porcs Juillet-Août 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires