Viande de porcs : Les opérations « police de viandes » se poursuivent

S C

Viande de porcs : Les opérations « police de viandes » se poursuivent
Les éleveurs réclament une revalorisation des prix de 30 cts € par kilo.

Les éleveurs de porcs bretons ont continué leurs opérations de «police des viandes» dans la nuit de mercredi à jeudi. Dans le Finistère, la FDSEA et les JA ont notamment décidé de porter plainte auprès du procureur de la République pour «infraction sur l’identification de l’origine des viandes».

Depuis le début de la semaine, les syndicats majoritaires ont décidé de faire leur propre police pour lutter contre la viande non tracée et  cette « police des viandes » a encore sévi hier dans le Finistère, à la recherche de la mention d’origine des viandes. Une centaine d’éleveurs de porcs ont notamment intercepté un camion espagnol avec des denrées non tracées et ils les ont apportées devant la préfecture où ils ont été reçus en délégation. "Ils ont accroché de la viande aux grilles du jardin et vidé une partie des caissettes devant les portes de la préfecture", selon la Police. Les pompiers seraient intervenus pour un malaise du chauffeur du camion.

D’après les responsables de la FDSEA et des JA, à l’origine de cette opération, la viande était vierge de toute traçabilité. « Il n’était même pas possible de déterminer le type de viande : bœuf, porc ou cheval », expliquent-ils dans un communiqué. La FDSEA et les JA ont donc décidé de porter plainte auprès du procureur de la République pour « infraction sur l’identification de l’origine des viandes ».

"Aujourd'hui, on a l'impression que la France est une poubelle, avec des viandes qui arrivent de partout", a dénoncé Olivier Billon, président des JA 29 et  éleveur de porcs, regrettant que "la viande d'origine française ne (soit) même plus mise en valeur" dans les supermarchés. Il a assuré que d'autres actions allaient être organisées au cours des prochaines semaines.  Des éleveurs de porcs avaient déjà intercepté lundi soir des camions frigorifiques pour contrôler l'origine de la viande transportée, en Mayenne et dans les Côtes-d'Armor.

La filière porc est particulièrement frappée par la hausse des coûts de production due à la flambée des cours de l'alimentation animale. Ils réclament  une revalorisation des prix de 30 cts € par kilo, «soit 12 € par an pour un consommateur français» selon les syndicats. «1 € par mois, est-ce trop demandé pour sauver la production et l’emploi en France ? », interrogent-ils dans un communiqué.

Voir aussi :

- Les éleveurs de porcs prévoient une mobilisation mardi pour une hausse des prix

- Le reportage de France 3 à Vannes (56) de Gilles Le Morvan et Thierry Bouilly :

 

- L'interview de Stéphane Le Foll sur France Info :

 

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires