Au Danemark, Danish Crown soutient l’investissement dans de nouveaux engraissements

Réussir Aviculture Janvier-Février 2013

Au Danemark, Danish Crown soutient l’investissement dans de nouveaux engraissements
L’engraissement des porcs au Danemark a fortement diminué ces dernières années, au profit de la spécialisation des ateliers porcs dans le naissage. DR

Confronté à une baisse importante de ses abattages, Danish Crown veut relancer la production de porcs charcutiers au Danemark. Pour cela, l’abatteur danois va octroyer des aides aux éleveurs pour la création de nouveau bâtiments d’engraissement. Une subvention de 2 c d’euro/kg carcasse est proposée pendant cinq ans, avec un maximum de 8000 porcs par élevage et par membre de la coopérative. Une autre subvention de 1 c d’euro/kg est également prévue pour la conversion de sites naissages en engraissement.
L’objectif de Danish Crown est d’augmenter ses volumes d’abattage de 520 000 porcs par an. Dans le même temps Tican, le deuxième abatteur danois, propose aux éleveurs un contrat à prix fixe de 1,587 €/kg sur une durée de trois mois. Le but de cette offre est de garantir ses approvisionnements afin de faire tourner l’outil d’abattage du groupe.

Les abatteurs danois ont abattu 1,3 million de porcs en moins en 2012

En 2012, les abatteurs danois ont tué moins de 17 millions de porcs charcutiers, contre 18,3 millions en 2011 ! En août dernier, Danish Crown a été contraint de fermer un abattoir employant 500 personnes. Tican a annoncé une baisse de 40 % de ses bénéfices sur le dernier exercice comptable, en lien avec ses problèmes d’approvisionnement de porcs.
L’origine de cette baisse des abattages danois est non pas une diminution du nombre de truies comme en France, mais une forte augmentation des exportations de porcelets.
En 2012, 9 millions de porcelets de 25 kg sont partis vers des pays étrangers, en Allemagne et en Pologne essentiellement. Depuis plusieurs années, les éleveurs danois préfèrent se spécialiser dans l’activité naissage, essentiellement pour des raisons environnementales et pour rationaliser leurs outils de production.
Les engraisseurs allemands et polonais, qui possèdent suffisamment de terres d’épandage pour créer de nouvelles places, sont intéressés par la qualité des porcelets danois, qu’ils reçoivent le plus souvent par camions entiers à partir d’un seul naissage. Ils sont également soutenus par les gros abatteurs allemands, qui paient les porcs charcutiers plus cher qu’au Danemark.

Source : Ifip, Danish Crown

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires