Davantage d’E. Coli résistants après un traitement C3G au couvoir

Armelle Puybasset - Réussir Aviculture Réussir Aviculture Décembre 2012

Davantage d’E. Coli résistants  après un traitement C3G au couvoir
Lecture d'un antibiogramme en laboratoire, pour évaluer l'efficacité des antibiotiques et détecter l'apparition d'antibiorésistance. © P. Le Douarin

Entre juin 2011 et août 2012, l’Anses a réalisé un suivi longitudinal de lots de poussins ayant été traités ou non par des céphalosporines de troisième génération (C3G) au couvoir. À noter que ces antibiotiques sont prescrits hors AMM. Le but était d’évaluer l’impact de cette pratique sur la persistance des colibacilles E. Coli résistants aux C3G (E. Coli C3G-R) au cours de la vie des oiseaux. Vingt-trois lots ont été prélevés à plusieurs âges en filière ponte et trente en poulets label. Il en ressort qu’au moins une souche de E. Coli C3G-R a été détectée dans tous les lots à au moins une date de prélèvements. En ponte, 52,1 % des souches E. Coli issues des lots traités sont résistantes contre 32,4 % dans les lots non traités. En chair, cette proportion atteint 48,4 % pour les lots traités contre 18,2 % pour les lots non traités. La présence d’E. Coli C3G-R est plus marquée durant les premiers jours de vie. D’autre part, l’étude a montré la présence de co-résistances
à sept autres antibiotiques. Dans un deuxième temps, les isolats collectés vont être caractérisés génétiquement pour mieux comprendre la circulation des E. Coli résistants aux C3G.

Voir aussi article "Le maillon accouvage sensibilisé à l’antibiorésistance", en ligne le 14-12-2012 :

http://www.pleinchamp.com/elevage/volailles-lapins/actualites/le-maillon-accouvage-sensibilise-a-l-antibioresistance

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires