Dindes reproductrices : Grelier investit un million d'euros en recherche et développement

Pascal Le Douarin

Faute de travaux significatifs de recherche, le groupe Grelier a créé sa propre unité de testage grandeur nature, opérationnelle depuis février.

« Au plan mondial, on recense à peine sept millions de reproductrices », souligne Alain Noël, directeur général du groupe Grelier, qui par ailleurs distribue plus de trois millions de poules reproductrices. De ce fait, la recherche sur la dinde — privée comme publique — fait pâle figure par rapport à l'espèce poulet. De plus, même en poulet les travaux de recherche se focalisent sur les aspects fondamentaux (génome, biologie moléculaire) au détriment des aspects zootechniques.
Or la dinde est le coeur de métier de Grelier. L'entreprise détient des dindes grand-parentales (souche BUT), multiplie les parentales pour les accouveurs français et européens et est le premier fournisseur français en dindonneaux commerciaux, de toutes origines génétiques. « Depuis quatre ans, le groupe se demandait s'il fallait laisser cette situation perdurer ou bien franchir le pas vers un investissement dans la recherche appliquée », poursuit Alain Noël.
« Si le groupe Grelier ne s'était pas décidé, personne ne l'aurait fait. Notre objectif est de faire progresser nos produits, pour notre avantage concurrentiel et pour celui de nos clients », affirme-t-il

Les premières futures reproductrices de la ferme de testage ont été mises en place en juillet dernier. (B. Dauleux)

Les premières futures reproductrices de la ferme de testage ont été mises en place en juillet dernier. (B. Dauleux)

Deux sites réaménagés

Gérard Lévêque, vétérinaire et responsable scientifique du groupe, s'est imposé de réaliser un outil d'essais qui permet de travailler dans des conditions aussi proches que possible de celles du terrain, afin de rapidement transférer les résultats. Les deux bâtiments d'élevage et les quatre de ponte sont situés dans la région d'Angers.
Ce sont deux sites réaménagés, ce qui allège fortement l'investissement de 500 000 euros en 2007, et autant en 2008. La ferme d'élevage des 8000 futures reproductrices a démarré en juillet 2007. Elle comprend deux bâtiments, chacun divisé en deux salles semblables à un élevage classique. Un module supplémentaire est destiné à l'élevage des mâles. « La seule différence notable est que nous avons beaucoup de matériel à disposition, pour pouvoir réaliser des essais de rationnement », souligne Gérard Lévêque. De même, le chauffage a été doublé (aérothermes et radiants) pour éventuellement tester l'élevage à plus forte température.
Un responsable technique — Patrice Etourneau — va piloter une équipe de quinze personnes, double du nombre habituellement requis. « Pour exploiter l'ensemble des données, nous avons noué des partenariats. »

Encadrement scientifique

Pour la partie nutrition et analyses statistiques, c'est Inzo. Pour la partie scientifique et reproduction, c'est un jeune étudiant en thèse à l'Inra de Nouzilly — Sylvain Brière — qui a intégré le groupe depuis le mois d'octobre. Les principaux thèmes vont concerner la nutrition sous les angles valeur alimentaire, présentation des aliments, rationnement en lien avec la génétique, l'autre gros morceau du programme d'essais. Les types génétiques lourds et médium se partageront à part égale les bâtiments. La physiologie de la reproduction (mieux comprendre la découvaison) sera aussi largement explorée ainsi qu'un volet santé animale (impact de substances additives naturelles). Enfin le lien pourra être réalisé avec les produits commerciaux évalués en fonction des traitements qu'auront reçus leurs mères.
La première année va être une année de mise au point et de connaissance des installations. Compte tenu de la longueur des cycles de production, il ne faut pas s'attendre à une communication de résultats avant l'année 2009-2010, voire plus. C'est normal, car ayant fait l'effort d'investir, Grelier tient aussi à garder de l'avance sur ses concurrents.

Source Réussir Aviculture Mars 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires