Doux : début des oraux pour les candidats à la reprise

Le gouvernement reçoit à partir d’aujourd’hui les candidats à la reprise du pôle frais du volailler Doux pour tenter de maintenir un maximum d’emplois sur les différents sites concernés. Le tribunal se prononcera le 5 septembre.

"Je recevrai avec Stéphane Le Foll, à partir de demain (jeudi), les différents candidats à la reprise du pôle frais, pour améliorer les offres qui ont été déposées" devant le tribunal de commerce de Quimper le 10 août, a expliqué mercredi le ministre délégué à l'Agroalimentaire, Guillaume Garot.

Cinq offres de reprise partielle de Doux Frais ont été déposées par les groupes Duc, Glon Sanders (filiale de Sofiproteol) associé à Duc, Axereal, LDC et Tallec. En l'état, ces offres permettraient de sauver 683 emplois sur environ 1.700, mais plusieurs sites comme Blancafort (Cher, 244 emplois) ou Graincourt (Pas-de-Calais, 254 emplois) n'ont pas trouvé preneur.

L'objectif des discussions entre le gouvernement et ces groupes est "d'améliorer ces offres sur un volet industriel et sur un plan social, pour arracher un maximum d'emplois", a ajouté M. Garot. "Nous nous battons pour trouver une solution pour chaque site, en particulier pour Graincourt et Blancafort où il n'y avait pas d'offre. Chaque fois qu'on peut arracher dix emplois ici, 50 emplois là, c'est une petite victoire", a-t-il ajouté.

Interrogé sur une sixième offre de reprise du site de Graincourt pour le compte d'une société iranienne, qualifiée d'irrecevable juridiquement par l'administrateur, M. Garot s'est montré prudent. "Nous en vérifions la solidité", a-t-il simplement commenté.

Le ministre s'exprimait à la veille d'une réunion du Comité central d'entreprise au siège du groupe Doux à Châteaulin (Finistère) au cours de laquelle les syndicats doivent notamment examiner le rapport de l'administrateur sur les offres de reprise.

Le tribunal de commerce de Quimper se prononcera le 5 septembre sur ces offres de reprise de Doux frais, placé en liquidation début août. Pour les autres activités de Doux (export et produits élaborés), le tribunal a prolongé la période d'observation jusqu'au 30 novembre.

Source avec Afp

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires