En 2011, la relance d'après tempête pour les Volailles d'Albret

Le Sillon - Réussir Aviculture Juillet-Août 2012

En 2011, la relance d'après tempête pour les Volailles d'Albret
© Volailles d'Albret

En passant la barre des 5 millions de volailles en place, la coopérative landaise Volailles d'Albret a retrouvé du volume, mais peine sur les coûts alimentaires. Le 24 janvier 2009, la tempête Klaus mettait à terre 11 % de sa capacité de production. Grâce à une forte mobilisation, la coopérative est aujourd’hui en bonne santé avec la construction de cent bâtiments de 400 m2 et la stabilisation de son parc de cabanes. Et son plan « 100 et 1 », visant à gagner 100 grammes d’indice de consommation et un gramme de GMQ, a compensé partiellement les hausses des charges. L’année 2011 a aussi été celle de la remise en cause de la « règle d’or » de la compensation intégrale des hausses du coût alimentaire par les abattoirs. « Pour la première fois depuis que le label rouge existe, les hausses n’ont pas toutes été répercutées déplore le président Jean-Francis Planté  qui a par ailleurs annoncé son départ. La question qui se pose, c’est la volonté de nos clients de préserver le seul groupement indépendant du Sud-Ouest. » Gilles Huttepain, directeur amont du groupe LDC s’est voulu rassurant. « La règle de compensation est la garantie du maintien du revenu des éleveurs. Il n’est pas normal qu’il n’augmente pas », a conclu Jean-Francis Planté. Son successeur, Hervé Labesque, hérite d’un dossier chaud.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires