Enquête Afssa : Très faible prévalence d'Histomonas meleagridis

Pascal Le Douarin

Il est bien difficile de mettre en évidence sur les dindes élevées en claustration des traces
du protozoaire Histomonas meleagridis. Celui-ci est responsable des cas histomonose
clinique qui sévissent en dinde depuis l'interdiction de traitements chimiques préventifs
efficaces.
Lors de la journée dinde de l'Itavi, Rozenn Souillard de l'Afssa-Ploufragan a présenté les
résultats provisoires d'une enquête menée dans 150 élevages de dindes reproductrices et
commerciales jusqu'à août 2008. Sur 98 élevages visités fin avril, seulement deux avaient
été trouvés porteurs du protozoaire, mais aucun n'a connu d'épisode d'histomonose. Un
élevage trouvé négatif a déclenché une histomonose au mois d'avril, un mois après le
contrôle. Le laboratoire d'analyses Labofarm, qui a mis au point une méthode de diagnostic
par PCR et qui suit des cheptels de reproducteurs, a confirmé ces faits. Les parasites
peuvent être détectés ponctuellement ou même plusieurs fois, sans aucune manifestation
clinique. Ces résultats orientent l'Afssa vers des études poussées sur des élevages
récidivistes, afin de déterminer quelles seraient les sources d'Histomonas autres que le
parasite Heterakis gallinarum.

Source Réussir Aviculture Septembre 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires