Environnement : Le poulet label rouge doit revoir son bilan carbone

Hervé Dumuis

« Sur les gaz à effet de serre, le poulet label est moins bon que les autres productions » Cette phrase de Paul Ponchant, ingénieur Itavi, prononcée lors de la journée nationale volailles sous signes de qualité à Angers, a le mérite de la transparence. Avec 7,5 kg équivalent CO2 produits par poulet, le bilan carbone du poulet label est peu flatteur par rapport aux 2,5 à 3,4 kg du poulet standard. La principale différence se situe dans la gestion des déjections, qui contribuent à 50 % des émissions d'un élevage label contre 25 % pour un élevage standard.

Trois leviers d'action

Trois leviers d'action sont envisagés : la gestion des déjections (méthanisation, compostage, gestion des litières), la réduction des consommations d'énergie (en élevage et dans la fabrication de l'aliment) et le stockage du carbone. Un hectare de prairie peut par exemple stocker jusqu'à 500 kg de carbone par an, ce qui constitue un enjeu important sur les parcours des productions labels.

Source Réussir Aviculture Mai 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires