Filière volaille : Le gouvernement débloque des aides d’urgence

MB avec AFP

Filière volaille : Le gouvernement débloque des aides d’urgence

A l’occasion du SPACE, le Premier Ministre Jean-Marc AYRAULT a rencontré la filière avicole jeudi 12 septembre et a annoncé un plan d’action du gouvernement ainsi que des mesures d’urgence pour aider la filière, confrontée depuis juillet à la suppression d’aide européennes.

Depuis le 18 juillet dernier, le secteur de la volaille est fragilisé par la fin du versement des restitutions européennes. Ces subventions permettaient aux poulets congelés français d'être compétitifs sur le marché mondial, face aux poulets brésiliens.

Si les deux principales entreprises victimes de la suppression de ces aides sont les volaillers Doux et Tilly-Sabco, par effet de ricochet, ce sont l’ensemble des maillons de la production qui sont touchés et notamment les accouveurs (ils font naître les poussins) ou les organisations de producteurs. Le gouvernement va donc débloquer des aides d’urgence pour ces entreprises. D’un montant maximum de 200.000 euros par entreprise, ces aides en trésorerie devraient permettre de « de résister et jouer dans les semaines qui viennent le rôle d'amortisseur entre les éleveurs et les entreprises d'abattage et de transformation », explique le ministère dans un communiqué. Néanmoins, Doux, actuellement en redressement judiciaire, et Tilly-Sabco, ayant récemment eu droit à des aides à la restructuration, ne peuvent pas bénéficier de ces aides d'urgence de par leur situation.

Au-delà de ces mesures d’urgence, Jean-Marc Ayrault a précisé lors de son discours que le gouvernement déposera également un recours auprès de la Cour européenne de justice contre la décision de supprimer ces restitutions. Mais les chances de succès sont moindres.  Le Premier Ministre a également expliqué la volonté du gouvernement d’accélérer la mise en place du « plan volailles » annoncé en avril. Les deux objectifs sont de soutenir l'investissement avec l'aide de FranceAgrimer et de Bpifrance, afin de devenir plus compétitif, et d’aider à la modernisation des bâtiments d'élevage. Enfin, l'État devrait tenter de simplifier les démarches administratives de la filière, et ce notamment pour l'installation des élevages.

Publié par MB avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires