Guy Odri, groupe Doux : Doux entend continuer à jouer un rôle majeur

Propos recueillis par Armelle Puybasset

Pourquoi la revalorisation des contrats chez Doux arrive-t-elle après celle des autres entreprises ?

La hausse des contrats que nous avons annoncée début décembre est une des mesures entrant dans un vaste programme de valorisation du parc d'élevages. Il arrive au terme d'une longue phase de réflexion sur la stratégie d'avenir du groupe. C'est pourquoi nous avions demandé à nos producteurs d'être patients. Le groupe Doux veut continuer à jouer un rôle majeur sur les marchés français, européens et mondiaux. Nos parts de marché sont en croissance. Pour faire face à l'érosion du parc de bâtiments, il nous paraissait important de mettre en place un vaste programme intégrant une revalorisation des contrats mais également des aides à l'installation ou à la reprise de bâtiments, ainsi que des mesures incitatives à la production de poulets.

Guy Odri, directeur général délégué du groupe Doux. (A. Puybasset)

Guy Odri, directeur général délégué du groupe Doux. (A. Puybasset)

Comment comptez-vous faire face à la concurrence des pays tiers sur les marchés européens ?

La stratégie de l'entreprise est de rester concentrée sur les marchés domestiques, que ce soient les marchés français et européens mais également ceux du Brésil. Nous développons des produits spécifiques à chaque marché et adaptés au goût local d'un pays. Les habitudes culinaires des Espagnols ne sont pas les mêmes que celles des Français. Nous sommes les mieux placés pour comprendre ces spécificités et y répondre. C'est la meilleure protection qu'on puisse avoir vis-à-vis des importations. Nos concurrents brésiliens mettront forcément plus de temps à intégrer les habitudes alimentaires et les modes de fonctionnement de la GMS en Europe.

Nous continuons à accorder une place importante à la recherche et développement et au marketing. Nous avons créé un pôle d'expertise autour de la région Grand Ouest. Mais il faut savoir que le retour sur investissement est souvent long. Nous concevons aujourd'hui des produits qui seront consommés dans cinq ans.
Concernant notre activité à l'export, la stratégie de l'entreprise a évolué au cours des dernières années. Nous sommes passés d'une démarche « productiviste » — dans laquelle notre production était calée sur la capacité d'absorption d'un marché — à une démarche plus « marketing » qui consiste davantage à comprendre les priorités des consommateurs et donc à faire valoir notre savoir-faire pour nous adapter aux spécificités des marchés locaux. Cette stratégie porte ses fruits puisque nos parts de marché en Europe, au Brésil et au Moyen-Orient sont en croissance.

Après le départ des Fermiers de Janzé, quelle est votre stratégie vis-à-vis du marché label rouge ?

Avant toute chose, je tiens à rappeler que le groupe Doux est toujours adhérent au groupement qualité des Fermiers de Janzé et que nous continuons à commercialiser des produits sous ce label. C'est le cas actuellement avec les volailles festives conformément à la décision de la cour d'appel de Rennes. Notre volonté est de continuer à nous investir dans le label rouge. Notre adhésion récente au groupement des Fermiers d'Argoat va dans ce sens. La Bretagne a des atouts. Nous travaillons sur la définition d'un produit label qui valorise davantage cette région et ses spécificités.

Quelle est la santé financière de l'entreprise Doux ?

Le chiffre d'affaires de 2007 devrait atteindre 1,6 milliard d'euros soit une croissance de près de 18 % par rapport à celui de l'année précédente (1,3 milliard d'euros en 2006, année de crise influenza aviaire). Nos résultats 2007 sont encore en demi-teinte mais nous travaillons toujours sur tous les aspects qui nous permettront d'améliorer notre productivité. Malgré la reprise des marchés, cette année a été marquée par la hausse du coût des matières premières et l'augmentation des charges de structure (dont le gaz et le pétrole). Et surtout la faiblesse du dollar vis-à-vis de l'euro a fortement pénalisé les exportations.

Source Réussir Aviculture Janvier 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires