La fabrication d'aliment à la ferme innove

Pascal Le Douarin

La fabrication d'aliment à la ferme innove
Nicole Rousseau, avicultrice, et le technicien de Calcialiment : " Avec des poules qui peuvent pondre, il faut investir sur l'aliment, qui ne doit pas être le facteur limitant. " - © P. Le Douarin

Des éleveurs fabricants à la ferme font preuve d'initiatives techniques pour continuer à créer de la valeur ajoutée en valorisant leurs matières végétales en produits animaux.

La fabrication d'aliment à la ferme innove
P. Le Douarin

Pour en savoir plus

Voir dossier Réussir Aviculture de juin 2016. RA n° 217, p. 8 à 18.

Au sommaire :

. p. 10 - La performance de ponte passe par une formule concentrée. Trois éleveurs utilisateurs font part de leur expérience

. p. 13 - L'outil Avifaf formule vos aliments de la ferme. Mis au point par la chambre d'agriculture des Pays-de-Loire

. p. 16 - Le toasteur mobile Mecmar voyage de ferme en ferme dans le Gers. Pour valoriser l'utilisation d'un soja fermier "cuit maison"

En production porcine, on estime à 40 % la part des porcs charcutiers bretons produits avec un aliment fabriqué à la ferme, partiellement ou totalement. À l'opposé, le secteur avicole a diversement investi dans la fabrication à la ferme ou FAF. D'un côté se trouverait une minorité d'éleveurs de volailles de chair, quasi exclusivement « indépendants » et assurant eux-mêmes leur commercialisation. Rares sont les éleveurs de volailles standard intégrés incorporant du blé entier, voire du maïs inerté broyé, qui sont couramment employés au Nord de l'Europe. Il en est tout autrement pour les producteurs d'oeufs de consommation, historiquement moins dépendants de fabricants d'aliment du commerce et consommateurs d'aliment (environ 40 kg par poule et par cycle de ponte). Au moins 20 % du cheptel de poules pondeuses serait alimenté en FAF.

Les motivations à devenir fafeur sont diverses, comme témoignent les éleveurs rencontrés : créer de la valeur ajoutée avec ses matières premières plutôt que de les vendre ; maîtriser l'origine, la régularité, la traçabilité des intrants végétaux ; apporter une cohérence à un système de production (bio notamment) ; communiquer sur l'origine auprès d'une clientèle...

Pour qui dispose de terres et d'un potentiel d'aliment, les freins à la FAF sont de moins en moins techniques. On trouve des fournisseurs d'équipements, automatisés ou non, adaptés au volume à fabriquer. Bien souvent ces installations sont sous-utilisées, mais malgré cela elles sont amorties en moins de cinq ans et durent longtemps. On trouve aussi des conseils en formulation alimentaire auprès de sociétés pourvoyeuses de minéraux et autres nutritionnels indispensables.

« Des freins à la FAF plus politiques que techniques »

Discrètement mais sûrement, le milieu de la fabrication d'aliment à la ferme se remet en cause. C'est ainsi que les plus techniques maintiennent leur modèle agricole familial et indépendant ancré sur un territoire et misant sur la différenciation par l'origine. Nicole Rousseau, la Ferme du Mont Saint-Père et le Gaec de la ferme de la Biogottière ont choisi la formulation personnalisée avec un « minéralier ». Ils atteignent des performances nettement supérieures aux niveaux standard, avec un effet levier sur leur rentabilité économique. D'autres comme Julien Cesbron disposent d'un nouvel outil internet pour raisonner eux-mêmes la formulation, selon leurs matières et leurs objectifs.

En nutrition avicole, les protéines autoproduites compatibles avec les besoins des volailles sont le maillon faible de la FAF. Faute d'alternative, le tourteau de soja du commerce reste indispensable. En permettant de rendre plus digestible les protéagineux, une technique italienne de cuisson à la ferme pourrait changer la donne. Introduite l'an dernier dans le Gers, elle se répand hors de ce département. Non vraiment, la FAF n'est pas à la traîne.

Source Réussir Aviculture

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires