La filière foie gras n’est pas épargnée par la crise

Véronique Bargain - Réussir Aviculture Mars 2013

La filière foie gras n’est pas épargnée par la crise
En 2012, la France a produit 2 % de foie gras de canard de moins qu'en 2011. © P. Le Douarin

La production française de foie gras de canard a diminué l’an dernier et devrait encore se tasser cette année.

En 2012, la France a produit 19 500 tonnes de foie gras de canard, soit 2 % de moins qu’en 2011. Les mises en place ont reculé de 2,1 % et encore de 4,7 % en janvier dernier.
Par contre, les importations de foie gras ont progressé de 4 % (onze premiers mois), limitant la baisse de l’offre à 260 tonnes. Quant aux exportations, elles ont baissé de 5 % en produits transformés et de 1 % en cru. Les ventes ont diminué de 13 % en Espagne, 1er client de la France, de 8 % en Belgique, de 10 % en Suisse et Italie, de 1 % en Allemagne, mais elles ont repris de 7 % au Japon, notre 2e client, de 15 % en Russie, de 18 % à Hong-Kong, de 4 % au Royaume-Uni. Elles commencent à émerger au Moyen-Orient. « Au total, la balance commerciale de la filière est déficitaire de 2 millions d’euros sur les onze premiers mois », résume Marie-Pierre Pé, la déléguée du Cifog. De plus, les hausses des matières premières n’ont pu être répercutées intégralement. « Pour cette année, les abatteurs prévoient un recul de la production de 1 % », ajoute Marie-Pierre Pé.

Montée en gamme des achats français

En France, selon le panel IRI, les ventes de foie gras transformé en GMS ont été stables en volume, mais en hausse de 4 % en valeur (+11 millions). « L’entier progresse et représente 40 % des ventes », souligne Marie-Pierre Pé. Le mi-cuit et la conserve sont tous deux en progression. Selon le panel Kantar, les achats des ménages (8 458 tonnes) ont évolué en volume, de +5 % par rapport à 2011(1) et de -6 % par rapport à 2010. À 45,6 %, la proportion de ménages acheteurs reste stable. « Cette part, de même que les ventes, progresse en octobre et novembre. Cela montre l’impact positif des opérations de la Saint-Martin, visant à développer la consommation avant les fêtes », souligne Marie-Pierre Pé. 

(1) Ce chiffre est à relativiser, car les données Kantar de 2011 sont contestées par la filière.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires