Le gouvernement promet de soutenir la filière avicole en 2013

S C (avec AFP)

Le gouvernement promet de soutenir la filière avicole en 2013

Le ministre délégué à l'Agroalimentaire, Guillaume Garot, a confirmé à Châteaulin, dans le Finistère, que le gouvernement allait présenter début 2013 "des mesures pour soutenir la filière avicole française" en perte de vitesse.

Guillaume Garot a confirmé que le gouvernement  travaillait  avec l'ensemble de la profession de telle sorte qu'à la fin de l'hiver les premières mesures pour soutenir la filière avicole françaises soient présentées.  Des mesures plus que nécessaires puisque, d’après Didier Goubil, président du pôle aviculture des chambres régionales d'agriculture de Bretagne,  "La filière avicole est complétement en perte de vitesse ». Aujourd'hui, le gros de la production de volaille vient de l'importation et il ne resterait plus que 4 millions de m2 de poulaillers en Bretagne contre 6 millions il y a 15 ans.

Le ministre a  également annoncé des mesures  dans les prochaines semaines pour lutter contre la surcharge administrative et l'empilement des textes réglementaires dont se plaignent les éleveurs. "Il faut qu'on puisse aboutir à une obligation de résultat, un contrat entre la société et les agriculteurs sans que ces derniers ne renoncent en rien aux normes environnementales".

Doux : un coup de pouce de l’État

 "Le secteur agroalimentaire connait des difficultés, mais l'Etat n'abandonnera personne" a promis Guillaume Garot qui a visité l'entreprise Hénaff à Pouldreuzic, la biscuiterie Panier-Tanguy à Briec de l'Odet et  l'usine de poulets surgelés du groupe Doux, en redressement judiciaire.

Concernant le dossier Doux, le ministre délégué n'a pas écarté la possibilité d'un coup de pouce de l'Etat à travers la future banque d'investissement.  Mis en redressement judiciaire le 1er juin avec une période d'observation de six mois, le groupe a vu son pôle frais, déficitaire, liquidé et partiellement repris début septembre, avec la perte d'un millier d'emplois.  Fin novembre, la période d'observation a été prolongée  au 28 février. Un point d'étape est prévu le 19 février.

L'ancien poids lourd de la volaille se compose désormais des pôles surgelés et produits élaborés. Contraint de se réorganiser, il prévoit la suppression de près de 90 postes supplémentaires.

Sur le même sujet

Commentaires 1

chapon516

A quand le changement des lois.
nous avons en projet 3000m de bâtiment avicoles.Toute la matière organique sera compostée et exportée vers les céréaliers.Aucunes influences sur la qualité de l'eau de notre canton et pourtant notre projet a de très grande chance d'être refusé du fait que notre canton soit en ZES. Sachant que 3000m génère 1 emploi direct et 12 indirects,chercher l'erreur!!!Nous espérons que cette anomalie sera prise en considération dans la réglementation.
merci en attente d'une réponse.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires