Le revenu avicole en forte hausse en 2012

Pascal Le Douarin - Réussir Aviculture Janvier - Février 2013

Le revenu avicole en forte hausse en 2012
En volaille de chair, a modeste hausse des prix ne couvre pas celle des charges. © P. Le Douarin / archives

Le résultat courant avant impôt

• Toutes volailles confondues : 40 500 euros (+36 %)
• Céréales, oléoprotéagineux : 72 100 euros (+48 %)
• Maraîchage-horticulture : 24 900 euros (+35 %)
• Lait : 26 500 euros (-10 %)
• Ovins-caprins : 15 300 euros (-19 %)
• Porcins : 46 700 euros (+33 %)

À 36 500 euros courants en moyenne, le résultat courant avant impôt (RCAI) par actif non-salarié des moyennes et grandes exploitations progresse de 5,5 % entre 2011 et 2012, selon Agreste, le service statistique du ministère de l’Agriculture. Un record historique lié à l’envolée des cours mondiaux des matières premières.
Les principaux bénéficiaires sont les exploitations spécialisées en grandes cultures (79 800 euros), alors que les moins bien lotis sont les éleveurs de viande bovine (15 400 euros). À 40 500 euros, les volailles, toutes espèces confondues, s’en sortent plutôt bien avec une progression de 36 %. C’est leur meilleur niveau depuis le début du siècle. Néanmoins, souligne Agreste, la situation avicole est très diversifiée. En volailles de chair, la production est en recul et la modeste hausse des prix ne couvre pas celle des charges. Tandis qu’en pondeuses les prix des œufs ont augmenté de 43 %. La CFA confirme cette analyse, précisant que les cotations « spot » des œufs ne reflètent pas la réalité des prix payés aux producteurs.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires