Les effluents d'élevage séparés à la source

Pascal Le Douarin - Réussir Aviculture Octobre 2012

Les effluents d'élevage séparés à la source
Le racleur pousse les effluents vers la trappe d’évacuation. Lors du nettoyage, la trappe est fermée avec un orifice pour écouler les eaux sales. © P. Le Douarin

Afin de réduire les volumes d’effluents à traiter, le lycée de Périgueux a mis au point un système de séparation des eaux sales et des déjections sur des cages collectives de gavage.

Pour en savoir plus

Les effluents d'élevage séparés à la source

Voir dossier de Réussir Aviculture d'Octobre 2012. R. Aviculture n°180, p. 14 à 23.

François Héraut a la charge des ateliers de palmipèdes à foie gras du Lycée agricole de Périgueux(1). Préoccupé par la gestion d’effluents produits dans une exploitation située en environnement urbain, il a voulu réduire la quantité de lisier « au cul » des canards. L’occasion lui a été donnée en 2009-2010 avec le passage aux cages collectives de gavage. En moyenne, un canard en gavage génère 40 litres d’effluents liquides qui se répartissent en 12 à 14 litres de fientes et le reste en eau sale provenant des abreuvoirs et du lavage des installations. « Le problème à résoudre était d’isoler les litres d’effluents chargés des autres volumes », résume l’ingénieur praticien, qui s’est inspiré de l’élevage du lapin. En collectif, les fientes se répartissent plus largement qu’en cage individuelle. À la cage Palmizen, de dimension modifiable pour les besoins de l’expérimentation, il a fait ajouter un collecteur (du fabricant Chabeauti) positionné à mi-hauteur sous les cages. Les fientes émises y tombent et sont raclées quotidiennement pour être dirigées vers la fosse à lisier. Quant aux eaux de nettoyage, elles sont aussi recueillies dans le collecteur. Un orifice aménagé dans la trappe d’évacuation du lisier permet de les rediriger par une rigole vers une autre fosse. L’eau des abreuvoirs positionnés en façade est évacuée par un autre tuyau vers cette même fosse.

Compostage ou méthanisation du lisier

Le responsable de Périgueux a constaté que les conditions de travail se sont nettement améliorées avec ces collecteurs qui évitent les projections de fientes, réduisent le sentiment d’humidité permanente et suppriment l’odeur résiduelle. « Le gaveur n’est jamais les pieds dans les fientes et le ciment n’est plus imprégné par l’odeur » remarque François Héraut.

Capture d’écran 2012-10-29 à 10.58.58

Au premier plan les roseaux de la fosse d’épuration et au second François Héraut à côté de la fosse d’arrivée des eaux sales. © P. Le Douarin

Pour une salle de gavage de 1000 places, il évalue le besoin de stockage de lisier conventionnel à 850 m3, dont plus de 500 m3 pour les eaux sales. Avec un collecteur des fientes, l’éleveur diminuerait fortement sa capacité de stockage. Reste à trouver la valorisation de ce produit plus concentré. Le compostage de ce lisier avec de la paille a été réalisé pendant un an et demi. « C’est une voie intéressante qui demande un minimum de mécanisation (manipulation, aspersion) », résume l’ingénieur. Cependant, le procédé a été arrêté afin d’utiliser le lisier dans l’unité de méthanisation construite cette année dans un contexte très particulier : création d’une unité vitrine, déchets disponibles sur place, voisinage urbain à proximité.

Épuration des eaux brutes par des plantes

Pour ce qui concerne les eaux sales, François Héraut a installé deux fosses en béton de 22 m3 à côté de la salle de gavage. La première déjà mentionnée stocke les eaux brutes. Après filtration du surnageant (plumes surtout) le liquide est répandu dans la seconde plantée de roseaux qui achèvent l’épuration. L’eau excédentaire saine est ensuite rejetée dans l’environnement via un petit réseau d’épandage souterrain. « Il nous reste à améliorer la gestion des apports d’eau dans la deuxième fosse », reconnaît le responsable. « À la différence des ateliers laitiers, nous avons des apports irréguliers, avec une pointe après gavage et peu de liquide entre deux nettoyages. »

(1) La dénomination officielle est « EPLEFPA Périgord ».

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires