Libre-échange agricole : La volaille suisse anticipe

Pascal Le Douarin

J'usqu'à présent, malgré des coûts de production presque deux fois supérieurs à ceux de ses voisins, la production agricole suisse a résisté. Grâce au système des contingents d'importation, différent en oeuf et en volaille de chair. Mais la relance des pourparlers sur l'accord de libre-échange agricole (Alea) avec l'UE, donc la suppression des quotas, réaniment les craintes des filières agricoles suisses. C'est pourquoi, les producteurs avicoles chair (association ASPV) et les cinq transformateurs (Micarna, Bell, Frifag, Kneuss et Favorit) viennent de créer CH-IGG, une plateforme pour défendre leurs intérêts et prendre de l'avance dans la négociation à venir.
Ruedi Zweifel, le délégué de CH-IGG, milite pour des mesures d'accompagnement renforcées auprès des agriculteurs et des opérateurs, ce qui permettrait à l'agriculture suisse de s'adapter. Un argument fort, qui sera communiqué aux consommateurs suisses, est celui des conditions environnementales et de bien-être animal, plus restrictives en Suisse qu'en Europe, d'où les écarts de prix.

Les poulets en détention SST en Suisse (système de stabulation particulièrement respectueuse des animaux) ont accès à une aire sous climat extérieur (20 % de la surface intérieure). (AviForum)

Les poulets en détention SST en Suisse (système de stabulation particulièrement respectueuse des animaux) ont accès à une aire sous climat extérieur (20 % de la surface intérieure). (AviForum)

Source Réussir Aviculture Octobre 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires