Oeuf: L214 demande l'interdiction de tout élevage en batterie d'ici 2025

Oeuf: L214 demande l'interdiction de tout élevage en batterie d'ici 2025

L'association L214, qui milite pour le bien-être animal et l'abolition de la consommation de viande, demande au gouvernement d'interdire tout élevage de poules pondeuses en batterie d'ici 2025 et lance une pétition à cet effet.

"Pour encourager le gouvernement à prendre la décision d'interdire l'élevage en cage des poules pondeuses pour des raisons éthiques, nous lançons (...) un site avec une pétition adressée au président Emmanuel Macron", indique l'association dans un communiqué diffusé lundi, où elle incrimine une nouvelle fois un élevage de poules, basé en l'occurrence dans les Côtes d'Armor. A quelques jours de la clôture des Etats généraux de l'alimentation, L214 rappelle que lors de son discours d'octobre à Rungis, Emmanuel Macron avait pris position au sujet des oeufs en cage.  

Il avait, devant les agriculteurs et les patrons de la grande distribution, rappelé son engagement pris pendant la campagne présidentielle "que les oeufs vendus aux consommateurs ne seraient issus que d'élevages en plein air d'ici 2022". Pour L214, cela constitue un "pas en avant", mais l'association souligne que "l'immense majorité des supermarchés s'y est déjà engagée (d'ici 2020 ou 2025)" et affirme que les volumes d'oeufs de table vendus en supermarchés comptent "pour moins de 50% de la totalité de la consommation d'oeufs en France".  

Sans traçabilité

Un chiffre presque en ligne avec les dernières données dont dispose le Syndicat national des industriels et professionnels de l'oeuf (SNIPO), qui chiffre à 50% les achats d'oeufs coquilles par les ménages français, à 38% les oeufs utilisé pour fabriquer des ovoproduits et à 8% les oeufs utilisés dans la restauration. L214 souligne que les oeufs destinés à l'industrie et à la restauration, contrairement aux oeufs de table, "sont commercialisés sans traçabilité du mode d'élevage pour le consommateur". Elle estime que le projet évoqué par Emmanuel Macron ne va "pas plus loin que celui déjà affiché par l'interprofession".

Dans la vidéo de l'élevage incriminé cette fois par L214, tournée fin novembre selon l'association et présentée par l'animateur Stéphane Bern, on peut voir par moment des cadavres de poules traîner dans les cages, parfois en état de décomposition. L'association a indiqué à l'AFP son intention de déposer une "plainte pour mauvais traitements auprès du tribunal de grande instance du département des Côtes d'Armor" et d'introduire "un recours en responsabilité contre l'Etat pour faute du fait de son inaction/tolérance aux manquements" dont s'est rendu coupable, selon elle, le propriétaire de l'élevage.

Réactions

L'interprofession des aviculteurs de France a protesté contre cette nouvelle intrusion: "les images militantes diffusées par L214 ce matin sont choquantes mais ne reflètent en rien la réalité dans les élevages de poules pondeuses français", assure la CFA dans un communiqué. L'interprofession rappelle que les investissements réalisés par les éleveurs de poules pondeuses pour atteindre les objectifs de mutation en élevage alternatif d'ici 2022 vont lui couter 500 millions d'euros. "Face à cette réalité, le comportement d'associations comme L214 est inacceptable et contre-productif", assure-t-elle. Le groupe Avril a pour sa part précisé que sa marque d'oeufs Matines "travaille avec un groupement d'éleveurs auquel adhère l'élevage concerné". "C'est avec ce groupement que Matines a signé un contrat et défini un cahier des charges prévoyant, notamment, des critères de bien-être animal. Selon les images de L214, cet élevage ne semble pas respecter les termes de ce  cahier des charges". Avril a donc cessé de s'approvisionner auprès de cet élevage et y a envoyé ses "experts qualité (...) pour constater les faits dénoncés par L214".

A lire aussi :  Crainte de pénurie d'oeufs français, après la crise du fipronil

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 12

éleveur de poules

je ne peu pas encadré cette association mais l'interdiction des poules en cages ,cela devrait etre fait depuis longtemps ,150000 poules sur un meme site est une abération des temps moderne .... au U S A c'est des sites à 1 million de poules ! ( en 2014:2015 ,6 millions de volailles abattu à cause de la grippe aviaire !) de plus un atelier pleine air raisonnable ( moins de 10 000 ) est une bonne solution pour conforter une ferme de taille moyenne en lait ou viande...allez bonne fin d'année!!! pour les esprit chagrin le prix n'est pas un vrai probleme, dans un cadie à 100 euro c'est quelque cts la douzaine , et pour l'industrie, leur vrai probleme c'est le prix de l'énergie pour la cuisson!!!

BRIQUE 827

l214 veulent la supression de la filière animale ,ils doivent être commissionnés par l'industrie pétrochimique.Plus d'animaux,plus d'effluents d'élevage pour fertiliser les sols et vive les engrais chimiques.
Où est le progrès ?
Vive l'importation de la viande aux hormones et vive la mort de l'agriculture française!
Ont-ils vraiment réfléchis aux impacts et dégâts de leur reportage sur les agriculteurs concernés?Mais non, tout est fait pour faire le buzz ,le sensationnel et pour interpeller le citadin lamda qui maintenant ne connait absolument rien au monde agricole.

minouche70

Oui, L 214, vous vivez comme les doryphores, sur le dos des français, car je ne comprends pas vos arguments contre l'agriculture FRANCAISE. Si vous êtes si respectueux de la cause animale, allez faire des stages dans les pays européens et après vous viendrez faire valoir votre science à nous agriculteur. Et si en france les animaux vivent mal, interessez-vous aux enfants maltraités dans le monde.

PLANT6256

une autre maxime de Michel Audiart peut s'appliquer à L214 : Je parle pas aux c... ça les instruits .

DIGUE3942

j'ai vu une photo de groupe des personnes qui se veulent être les combattants de L214. J'étais ahuris de voir l'aigreur de ces visages ,pleines de haine et l'expression de problèmes personnels devient évident.Au lieu que chaque membre entame une thérapie psychologique pour régler chacun ses blessures, ils trouvent le ERSATZ de se battre pour la cause animale . Je suis pour le confort animal, mais je suis contre la façon de faire ...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires